Jura Tourisme à Porrentruy : heures d’ouverture en question

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
L'office de Jura Tourisme à Porrentruy.

« Jura Tourisme Porrentruy : des horaires à revoir ». C’est l’intitulé de la question écrite déposée mercredi dernier au Parlement jurassien par Danièle Chariatte-Courbat. La députée PDC estime que les horaires proposés actuellement sont inadéquats : elle ne comprend notamment pas la fermeture de l’office les dimanches, une bonne partie du samedi ainsi que durant les mois hivernaux de décembre et de janvier ainsi qu’avec des horaires réduits en février. « J’ai déjà souvent vu des touristes perdus en ville de Porrentruy et qui m’ont ensuite demandé où se situait le jardin botanique, par exemple », explique-t-elle tout en reconnaissant que la téléphonie mobile de dernière génération permet de se renseigner à propos des activités à réaliser à Porrentruy. Mais la relation humaine reste, pour elle, la piste privilégiée.

Savants calculs

Du côté de Jura Tourisme, les heures d’ouverture des offices sont le fruit d’une réflexion à plusieurs facteurs. « On doit tenir compte de la fréquentation touristique, de l’évolution des nuitées, de la fréquentation des activités sur une année, par mois, de la saisonnalité du tourisme, du lieu d’implantation des touristes, de la tendance touristique ou encore de l’évolution de la consommation des bureaux d’accueil. En fonction de ces éléments, on détermine les horaires les plus adaptés par rapport à la clientèle touristique », détaille le directeur de Jura Tourisme. Guillaume Lachat précise toutefois qu’il n’y a pas eu de plainte déposée en lien avec les heures d’ouverture de l’agence bruntrutaine.

« Les personnes peuvent se renseigner en se déplaçant au guichet mais aussi par téléphone ou courriel », appuie Guillaume Lachat. Le directeur de Jura Tourisme poursuit en affirmant que « les individus qui souhaitent obtenir des informations en amont vont plutôt le faire en début de semaine en vue du week-end. Les gens, une fois arrivés sur place, viennent plutôt se renseigner en début de séjour le vendredi ou le samedi matin ».

Le « cas » du dimanche

Le dimanche est un jour spécial, en termes de tourisme. « Ce constat semble paradoxal, et j’ai été le premier surpris, mais le dimanche est un jour à forte consommation touristique. En revanche, les gens se rendent peu dans les bureaux d’accueil, car c’est soit le jour de départ et ils savent ce qu’ils vont faire, soit c’est une journée durant laquelle les individus n’ont plus besoin d’informations, car ils sont en train de consommer les activités touristiques », explique Guillaume Lachat.

Les finances, le nerf de la guerre

« On ne dispose pas des moyens financiers souhaités », selon le directeur de Jura Tourisme. Du coup, les responsables se doivent de réaliser des choix en fonction de la fréquentation (jours et lieux d’ouverture), au niveau de la stratégie de l’information (mieux développer la version internet du site ou ouvrir davantage les bureaux d’accueil) ainsi que sur le plan de la fréquentation touristique plus générale (mettre sur pied des développements de produits comme le circuit secret à Porrentruy, des actions de marketing pour la visibilité ou élargir les horaires d’ouverture des guichets).

Le recours au bénévolat ?

L’élue démocrate-chrétienne, Danièle Chariatte-Courbat, est consciente qu’une augmentation des horaires d’ouverture provoque une hausse des coûts. Elle soumet notamment l’idée de recourir à des bénévoles pour ne pas trop croître les dépenses financières. De son côté, le directeur de Jura Tourisme affirme que l’on ne peut pas travailler en recourant au bénévolat, pour disposer d’une information de qualité au sein des offices. « Les bénévoles ne connaissent pas l’ensemble des détails à donner, notamment au niveau de la gestion de réservations d’hébergement », conclut Guillaume Lachat. /ncp + bbo

Partager
Link
Météo