La langue bleue, une maladie bovine qui pourrait réapparaitre

Bétail Zoom sur « Bétail » (touche ESC pour fermer)
Bétail

Les autorités Fédérales craignent la réapparition de la maladie de la langue bleue en Suisse, selon une information du journal agricole suisse Agri. Cette fièvre catarrhale du mouton touche les bovins et ovins. Elle est absente du pays depuis 2012. Mais dernièrement, des cas de contamination ont été constatés en France et en Autriche. Les cantons frontaliers avec la France, comme le Jura, sont ainsi potentiellement menacés. La maladie n’a pas d’impact sur l’homme, c’est plutôt un problème économique pour les éleveurs.

Des conséquences pour les éleveurs

Selon une ordonnance fédérale, si la maladie de la langue bleue est détectée dans un troupeau. L’exploitation agricole peut être mise sous séquestre et les animaux gravement malades doivent  être mis à mort. Concrètement, cette fièvre catarrhale du mouton est transmise par des moucherons et des moustiques. Il existe au moins 26 types du virus, dont deux d’entre eux sévissent en France et en Autriche. Les cantons limitrophes sont donc potentiellement exposés à la maladie. Ce sont particulièrement les animaux mis en estivage dans un pays voisin qui sont concernés par ce risque. Aujourd’hui, il n’y a pas lieu de s’inquiéter outre mesure, selon Nathalie Rochat, porte-parole de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires. La maladie de la langue bleue n’a pas d’impact sur l’homme. Pour lutter contre cette maladie, la Suisse dispose d'un lot de vaccin. Malheureusement les stocks sont limités, il n'est donc pas possible de vacciner systématiquement un troupeau. /jse

Partager
Link
Météo