Le SEPE+ en bonne voie

Un oui unanime du Conseil de ville de Porrentruy au SEPE+. Les élus ont accepté hier soir le principe d’adhésion à ce projet de mise en commun des conduites d’eaux usées. Les canalisations bruntrutaines et celles de neuf autres communes ajoulotes seraient alors gérées par une nouvelle entité, créée sur la base du SEPE (le Syndicat d’épuration des eaux usées de Porrentruy et environs). L’objectif est d’améliorer ce service. Les conseillers de ville ont relevé la nécessité d’une gestion professionnelle des eaux usées et le rôle moteur du chef-lieu dans ce projet. Mais Porrentruy est l’unique commune qui devrait payer plus si elle choisit de s’unir plutôt que de rester seule. Selon les estimations, un Bruntrutain paierait 25 francs de plus par an. Le Conseiller municipal en charge de dossier, Gabriel Voirol, mise sur la collaboration intercommunale pour convaincre les habitants de Porrentruy. Mais la municipalité aura aussi des avantages financiers, puisque la commune conservera son fond sur l’eau (4 millions de francs) et recevra aussi de l’argent pour assainir son compte (500'000 francs). Ces sommes pourraient être alors allouées à d’autres investissements en lien avec l’eau. Les habitants devront se prononcer le 5 juin.

 

En bref

Le Conseil de ville a accepté le crédit de 870'000 francs pour l’achat de parcelles, 9’400m2, à l’ouest de Porrentruy. A terme, ce nouveau secteur, l’Oiselier 2, s’étendra sur 29'000 m2 et pourra accueillir une trentaine de maisons familiales et quelques immeubles.

Les élus ont approuvé un crédit de 126'000 francs pour l’aménagement du carrefour de la rue du Gravier et de la rue Joseph Trouillat, vers la poste de la Chaumont. Le chantier pour ce giratoire débutera à la mi-mai et occasionnera beaucoup de perturbations.

Une résolution interpartis pour le maintien de l’office de poste de la Chaumont a été déposée. Le texte demande au Conseil municipal de négocier avec le Géant jaune pour éviter la fermeture de ce bureau.

En début de séance, le Conseiller municipal Philippe Eggertswyler, a donné des nouvelles réjouissantes concernant la rénovation de la piscine en plein air. Le dossier est à nouveau sur le haut de la pile. Une étude de faisabilité est en cours. Le chantier pourrait débuter en automne 2017. /ncp

Partager
Link
Météo