Le Parlement solidaire avec Bruxelles

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
Photo: archives

Le Parlement jurassien a ouvert sa seconde séance de l’année par une minute de silence en hommage aux victimes des attentats de mardi à Bruxelles. À l’heure des questions orales, deux députés ont interrogé le Gouvernement sur la politique de sécurité du canton. Quentin Haas, élu PCSI de Cornol, a tout d’abord demandé des précisions quant à une éventuelle évolution de la stratégie de la police jurassienne.  

La ministre de l’intérieur, Nathalie Barthoulot, a voulu se montrer rassurante dans sa réponse. Elle a affirmé que les forces de l’ordre cantonales étaient déjà sur le qui-vive. Elles sont d’ailleurs étroitement liées avec les services de la Confédération et des cantons voisins : « L’État-major national de conduite de la police est prêt à intervenir à tout moment y compris dans le Jura », affirme la ministre socialiste. Elle précise également qu’au niveau cantonal, la situation en matière de sécurité et constamment évaluer par la police jurassienne. Nathalie Barthoulot a encore profité de la tribune pour rappeler que les forces de l’ordre étaient tributaires des indications fournies par la population. Ainsi, toutes annonces ou constations suspectes faites par les citoyens feront systématiquement l’objet d’un contrôle par la police cantonale.

L’élu PDC de Vicques, Vincent Eschmann, a ensuite demandé des précisions quant aux réseaux sociaux et au renseignement. Là encore, Nathalie Barthoulot, a rappelé que des mesures étaient discutées au niveau des cantons et de la Confédération : « Les moyens de surveillance et de renseignement seront renforcés par Berne, en lien étroit avec les cantons ».  /lbr

 

Partager
Link

Galerie photos liée

26.10.2016
Météo