La pénurie de généralistes guette aussi le Jura

Photo: archives Zoom sur « Photo: archives » (touche ESC pour fermer)
Photo: archives

Le Jura manque aussi de généralistes. L’Association Médecins de famille et de l’enfance a lancé un cri d’alarme en fin de semaine dernière. D’après une étude universitaire de médecine de premiers recours des deux Bâles, il manquera 2000 généralistes en Suisse dans quatre ans. La profession est par ailleurs vieillissante et certains médecins continuent d’exercer après 65 ans pour assurer les consultations. La situation est identique dans le canton, avec une tendance plus marquée pour les zones les plus retirées.

Le trou a été momentanément comblé en Ajoie notamment avec l’arrivée de médecins français, mais leur formation est moins poussée, ils ne connaissent pas bien le système d’assurance suisse et beaucoup sont également proches de la retraite.

Motiver les étudiants en médecine

Pour le président de la section jurassienne de l’association, il faut commencer par attirer les jeunes étudiants vers cette spécialisation. Le docteur Carlos Muñoz évoque aussi les efforts de la profession pour faire venir les jeunes médecins dans le Jura. Des cabinets les accueillent en stage, ce qui permet de faire apprécier la spécialisation, mais aussi la région. Il faut aussi orienter les patients vers les médecins qui ont encore la disponibilité de les prendre en consultation. Enfin, il faut une bonne collaboration entre les différents acteurs de la santé dans le canton.

Du travail d’équipe

Au Service de la santé publique, on voit d’un bon œil la création de cabinets de groupe qui peuvent être l’une des solutions. Mais d’autres pistes se concrétisent. Le chef du Service, Nicolas Pétremand, explique que le cursus romand de médecine de famille permet une collaboration entre facultés de médecine et hôpitaux. Un médecin coordinateur recrute, ou du moins rappelle aux étudiants jurassiens qu’ils ont des opportunités dans le canton. Dans cette optique, il existe deux postes par année à l’Hôpital du Jura, cofinancé par l’Etat, qui sont partagés entre du cabinet de ville et de l’ambulatoire hospitalier. /iqu

Partager
Link
Météo