Réfléchir autour de l’industrie du futur

De gauche à droite : Christophe Rouiller (assistant exécutif ALpICT), Florian Néméti (Directeur de la Chambre neuchâteloise du commerce et de l'industrie), Richard Vaucher (Président de la Chambre d'économie publique du Jura bernois), Yann Barth (Administrateur délégué de Créapole), Patrick Linder (Directeur de la Chambre d'économie publique du Jura bernois). Zoom sur « De gauche à droite : Christophe Rouiller (assistant exécutif ALpICT), Florian Néméti (Directeur de la Chambre neuchâteloise du commerce et de l'industrie), Richard Vaucher (Président de la Chambre d'économie publique du Jura bernois), Yann Barth (Administrateur délégué de Créapole), Patrick Linder (Directeur de la Chambre d'économie publique du Jura bernois). » (touche ESC pour fermer)
De gauche à droite : Christophe Rouiller (assistant exécutif ALpICT), Florian Néméti (Directeur de la Chambre neuchâteloise du commerce et de l'industrie), Richard Vaucher (Président de la Chambre d'économie publique du Jura bernois), Yann Barth (Administrateur délégué de Créapole), Patrick Linder (Directeur de la Chambre d'économie publique du Jura bernois).

À quoi va ressembler l’industrie du futur ? La Chambre d’économie publique du Jura bernois met sur pied une soirée de réflexion le 19 avril pour sensibiliser les entreprises à cette question. La rencontre a lieu à l’occasion du SIAMS, le salon des moyens de production microtechnique de Moutier. Elle est organisée en partenariat avec la Chambre économique Bienne-Seeland, la Chambre neuchâteloise du commerce et de l’industrie, la société Creapole, Swissmem et le projet de la Confédération AlpICT. Divers spécialistes et professionnels de l’Arc Jurassien seront présents pour discuter des perspectives promises en la matière mais aussi pour analyser les implications concrètes de la nouvelle ère industrielle 4.0 sur les entreprises de la région.

En quoi consiste l’industrie 4.0 ?

Selon Christophe Rouiller, assistant exécutif au sein d’AlpICT, un projet de la Confédération qui soutient l’innovation, l’industrie 4.0 représente la quatrième révolution du domaine et tout ce qui touche le monde industriel digital. Par exemple, dans le cadre d’une entreprise qui travaille avec des lignes de machines, « l’industrie 4.0 permet aux machines de se réseauter entres elles, si l’une surchauffe, elle peut ainsi faire ralentir la cadence à l’autre », explique-t-il. Cela est un moyen concret de prévention qui permet d’optimiser l’entier de la ligne de production d’après Christophe Rouiller.

« L’emploi doit évoluer »

Cette nouvelle forme d’industrie pose plusieurs défis aux industries suisses. Ces dernières ne doivent pas louper le coche et continuer d’être actives en matière d’innovation pour rester compétitives dans le marché actuel difficile. Pour l’assistant exécutif d’AlpICT, « les métiers de l’industrie doivent communiquer davantage avec ceux du digital et inversement ». Cette évolution doit aussi passer par la formation professionnelle selon Christophe Rouiller. Pour lui, de nouvelles professions vont apparaître grâce au développement du digital.

La conférence a lieu le mardi 19 avril dès 17h30. Elle est ouverte au public sur inscription auprès de la Chambre d’économie publique du Jura bernois. /alr     

Partager
Link
Météo