Un homme condamné pour des attouchements

palais de justice Zoom sur « palais de justice » (touche ESC pour fermer)
La justice jurassienne a rendu un verdict de culpabilité jeudi dans une affaire de mœurs (photo: archives).

Une délicate affaire de mœurs a été jugée jeudi par Tribunal pénal de première instance à Porrentruy. Un homme était accusé d’actes d’ordre sexuel avec un enfant, de pornographie et de tentative de vol. Il a été condamné à treize mois de prison avec sursis pendant deux ans, soit la peine réclamée par le Ministère public, alors que la défense demandait l’acquittement. Les faits remontent, pour le moins, à la période entre 2002 et 2004. L’homme a été reconnu coupable, notamment, d’avoir procédé à des attouchements sur la fille de son ex-compagne - qui était âgée d’une dizaine d’années à l’époque - d’avoir visionné des films pornographiques avec elle et d’avoir commis une tentative de vol dans un café de la Vallée de Delémont.

Parole contre parole

C’était un peu la parole de la plaignante contre celle du prévenu puisque ce dernier niait les faits. Le juge Pascal Chappuis l’a d’ailleurs indiqué dans son jugement. Il a retenu les chefs d’accusation d’actes d’ordre sexuel avec un enfant, pornographie et tentative de vol. L’accusé a, en revanche, été blanchi de la détention de deux images à caractère prétendument pédopornographique sur son ordinateur.

Pascal Chappuis s’est déclaré intimement convaincu par la version de la victime. En faveur de la plaignante, il a relevé notamment la crédibilité de ses déclarations, sa volonté d’être confronté au prévenu et la progression au fil des ans dans l’accomplissement des actes, d’une caresse sur le ventre à des attouchements. Le juge a reconnu tout de même que les dates des faits posaient problème dans cette affaire puisque la victime n’a pas pu les situer précisément. Pour Pascal Chappuis, cela ne remet toutefois pas en cause la cohérence de son récit. A noter encore que l’avocat de la plaignante n’avait pas demandé d’indemnités pour tort moral. A la fin de l’énoncé du jugement, la victime - âgée maintenant de 23 ans - a serré sa mère dans ses bras. Demain a peut-être réellement déjà commencé ce jeudi pour elle… /fco

Partager
Link
Météo