Moins de bétail au marché de Delémont

Le marché de bétail à Delémont Zoom sur « Le marché de bétail à Delémont » (touche ESC pour fermer)
Le marché de bétail est mis sur pied chaque mois par la Chambre jurassienne d’agriculture au Pré Mochel à Delémont.

Les bovins se vendent moins à Delémont qu'ailleurs. Le marché de bétail, qui est organisé une fois par mois dans le chef-lieu jurassien, connaît des difficultés. Les agriculteurs sont peu nombreux à venir écouler leurs bêtes à Delémont, en comparaison avec les autres marchés de la région. Selon Roger Biedermann, du Service jurassien de l’économie rurale à la Chambre jurassienne d’agriculture (CJA), cette baisse d’affluence s’explique par un manque d’infrastructures à Delémont. La stabulation libre ne convient en effet pas à tous les animaux.

Le manège du Pré-Mochel Zoom sur « Le manège du Pré-Mochel  » (touche ESC pour fermer)
Le manège du Pré-Mochel accueille une fois par mois les agriculteurs de la région.

D’autres marchés existent à Porrentruy, Glovelier ou Saignelégier et ils fonctionnent bien. Mais pour les agriculteurs, conserver un marché à proximité est important : « C’est une bonne opportunité d’avoir un marché tout près de chez nous, cela permet aussi de rassembler l’offre, d’avoir des prix qui correspondent à la taxation officielle de Proviande et cela concentre les acheteurs qui sont alors en concurrence. Pour moi, l’effet est bénéfique sur le prix des animaux et finalement sur nos revenus » indique Boris Beuret, agriculteur à Corban.

« Il ne faudrait pas que le nombre de bêtes descende en-dessous de vingt, cela ne serait pas raisonnable ».

Roger Biedermann, Service jurassien de l’économie rurale

Pourquoi le marché de Delémont est moins fréquenté ?

Selon Roger Biedermann, cette baisse d’affluence s’explique par un manque d’infrastructures à Delémont. Le site ne permet pas l’installation de boxes pour les bêtes qui se retrouvent en stabulation libre, « cela ne convient pas à tous les animaux » explique-t-il. Pour l’heure, même si Delémont est le marché le moins fréquenté, il n’y a rien d’alarmant. Toutefois, Roger Biedermann ajoute : « Il ne faudrait pas que le nombre de bêtes descende en-dessous de vingt, cela ne serait pas raisonnable. (...) On ne souhaite pas forcément investir sur le site de Delémont », a avoué Roger Biedermann. La CJA a pour rôle de soutenir financièrement l’achat et la vente de bétail durant les enchères publiques. /rdt + aro

Marché de bétail, un rendez-vous important

Partager
Link
Météo