Intégrer les réfugiés dans le monde du travail par le biais de l’agriculture

Permettre aux réfugiés de travailler dans l’agriculture : c’est l’objet du postulat déposé le 27 avril au Parlement jurassien par Yann Rufer. L’idée du député suppléant et président du PLRJ est d’intégrer les réfugiés dans le tissu économique régional, tout en apportant une aide à l’agriculture qui souffre des baisses des matières premières, ainsi que de son revenu. Le postulat demande au Gouvernement jurassien d’examiner la possibilité pour des réfugiés de travailler dans des exploitations agricoles et de voir si des besoins en main-d’œuvre existent dans ce domaine.

« Gagnant-gagnant »

L’idée de Yann Rufer n’est pas de subventionner des postes au niveau de l’agriculture, mais bien de former de la main-d’œuvre compétente. Le député PLR imagine une collaboration entre l’AJAM - l’Association jurassienne d’accueil des migrants - et la Chambre d’agriculture. Le tout pourrait être coordonné par la Canton afin de mettre les différents acteurs en relation et ainsi crée une émulation.


Selon Yann Rufer, c’est opération pourrait s’avérer « gagnant-gagnant ». Les réfugiés qui désirent avoir une activité professionnelle auraient un encadrement dans le domaine agricole. De leur côté, les exploitants obtiendraient des ressources humaines pour accomplir leurs tâches, dans une branche qui n’est pas la plus courue au sein de la population jurassienne. Et cette dernière ne serait ainsi pas concurrencée dans sa recherche d’emploi sur le marché du travail. /emu

Partager
Link

Galerie photos liée

26.10.2016
Météo