Periscope : la nouvelle télé-réalité

Periscope. Le nom d’une nouvelle application qui commence à faire fureur et poser de sérieux problèmes de droits à la personnalité, notamment dans les écoles. Cette application est téléchargeable sur un téléphone portable de nouvelle génération. Elle permet de filmer et diffuser le contenu en direct sur le web. La localisation géographique de celui qui filme est possible.

Le phénomène reste marginal pour l’heure, mais comme tout ce qui concerne le monde 2.0, ça va très vite et l’effet boule de neige commence même à perturber certaines classes où des élèves filment le cours à l'insu du professeur. Le canton de Vaud a déjà pris des mesures. « On voit de tout sur Periscope. Certains dans leur quotidien, d'autres lorsqu'ils s'insultent...ou pire encore », a expliqué Tiziana Bellucci, directrice d'Action innocence suisse, invitée dans La Matinale mardi sur RFJ.

« C'est la nouvelle télé-réalité »

La nouveauté proposée par Periscope, c'est « d'être en live, sans même prendre le recul de sélectionner les séquences filmées », met en garde Tiziana Bellucci. « C'est une nouvelle forme de télé-réalité ».

Periscope oblige donc parents et professeurs à redoubler de vigilance, d'autant que les utilisateurs ne sont souvent pas conscients des risques encourus. « Prendre quelqu'un à son insu et diffuser l'image est punissable par le code pénal », rappelle la directrice d'Action Innocence suisse. Le code pénal suisse prévoit jusqu'à trois ans de prison.

Les parents sont souvent dépassés par les capacités de leurs enfants en matière d'évolution technologique. Alors que faire pour éviter les problèmes ? « Il faut qu'ils se préoccupent de ce que font leurs enfants », conseille Tiziana Bellucci. « Il est important de se renseigner sur les applications que les ados utilisent, afin de pouvoir les rendre attentifs aux risques et aux dérives possibles ». /clo

L'interview intégrale de Tiziana Bellucci

Partager
Link
Météo