Du génie génétique pour lutter contre le feu bactérien

feu bactérien, pommier Zoom sur « feu bactérien, pommier » (touche ESC pour fermer)
Exemple d'un pommier atteint par le feu bactérien. (photo: Bernard Beuret)

Agroscope, le centre de compétences national pour la recherche agricole, a reçu dernièrement l’autorisation de la Confédération de cultiver des pommiers génétiquement modifiés en plein champ. « En d’autres termes, un gène d’un pommier sauvage de Sibérie, connu pour bien résister au feu bactérien, a été introduit dans la variété Gala galaxy », indique Bernard Beuret, responsable de la station phytosanitaire à la Fondation rurale interjurassienne.

Améliorer la résistance au feu bactérien

L’un des objectifs de ces tests est d’obtenir une meilleure résistance au feu bactérien. « Le feu bactérien est apparue en Suisse en 1989. Une forte expansion de la maladie s’est produite en 2007 ; 250'000 arbres infectés avaient dû être détruits. Dans le Jura par exemple, nous n’avons eu aucun cas de feu bactérien depuis 2012 », précise le responsable de la station phytosanitaire cantonale.

Premiers résultats satisfaisants

Une première lignée d’arbres fruitiers destinés à l’expérimentation ont déjà été testés en laboratoire. Les résultats se sont avérés positifs. « Il s’agit désormais de mener l’expérimentation à l’air libre, ce qui engendre de prendre des précautions pour éviter tout risque d’hybridation », explique Bernard Beuret. Ainsi par exemple, les fleurs des pommiers cisgéniques devront être éliminées. Pour rappel, la Suisse observe un moratoire sur les OGM dans la production agricole jusqu’à fin 2017. Seule la recherche est autorisée sous réserve d’une autorisation. /afa

Partager
Link
Météo