Un carré jurassien au poignet

Blancarré Zoom sur « Blancarré » (touche ESC pour fermer)
Blancarré mise sur le design pour se distinguer dans le monde de l'horlogerie (photo: blancarre.ch).

L’horlogerie jurassienne compte une nouvelle marque. Les montres Blancarré ont été lancées mardi à la Galerie de la FARB à Delémont. La gamme compte six pièces et les composants sont fabriqués à plus de 85% dans le Jura et le Jura bernois. Le mouvement est issu de la manufacture Soprod aux Reussilles et les pièces sont assemblées par Blanchefontaine à Bonfol. Le siège social de la marque qui se situe dans le haut de gamme se trouve à Delémont.

La rupture, côté design

Le projet Blancarré est porté par deux frères Claude et Nicolas Mertenat qui viennent du Jura. Le second est designer horloger et est établi à Genève. Il a travaillé notamment pour Omega et a imaginé une gamme de montres carrées fabriquées notamment en titane et en céramique. Nicolas Mertenat a pensé ses produits comme une architecture avec des pièces qui s’imbriquent à la manière d’un puzzle. Le côté très design des objets marque, d’ailleurs, une première rupture avec l’horlogerie traditionnelle. Blancarré se présente davantage comme un label de création que comme une marque horlogère. Quant au nom Blancarré, il fait référence à la forme de la montre ainsi qu’à l’espace blanc laissé à disposition des artistes pour réaliser et présenter leurs œuvres.

La rupture, côté commercial

La seconde rupture avec l’horlogerie classique réside dans le mode de distribution des montres. Blancarré ne souhaite pas passer par les canaux traditionnels. Les promoteurs du projet entendent vendre leurs montres via des événements ponctuels dans des galeries d’Art et des boutiques, par exemple. La première manifestation de ce type se déroulera vendredi, de 15h à 19h, à la Galerie de la FARB à Delémont ainsi que le lendemain de 10h à 18h. Blancarré va, par ailleurs, mettre en place une boutique en ligne sur Internet. Les montres de la nouvelle marque seront mises en vente à partir du mois de juin.

Nicolas et Claude Mertenat visent un public cible composé d’amateurs de design, de passionnés de montres aussi que de personnes désireuses d’acquérir un produit fabriqué dans la région. Ils espèrent vendre quelques centaines de pièces pour leur première année de mise à disposition sur le marché. /comm + fco

Nicolas Mertenat (copyright Romain Guélat) Zoom sur « Nicolas Mertenat (copyright Romain Guélat) » (touche ESC pour fermer)
Nicolas Mertenat a imaginé les nouvelles montres Blancarré (photo: copyright Romain Guélat).

Partager
Link
Météo