Le laboratoire souterrain du Mont Terri a 20 ans

Le conseiller fédéral Guy Parmelin (à droite de l'image) aux côtés du ministre jurassien de l'Environnement, David Eray écoute attentivement les explications d'un guide. Zoom sur « Le conseiller fédéral Guy Parmelin (à droite de l'image) aux côtés du ministre jurassien de l'Environnement, David Eray écoute attentivement les explications d'un guide. » (touche ESC pour fermer)
Le conseiller fédéral Guy Parmelin (à droite de l'image), aux côtés du ministre jurassien de l'Environnement David Eray, écoute attentivement les explications d'un guide.

Le laboratoire souterrain du Mont Terri a soufflé 20 bougies en compagnie de Guy Parmelin. Le conseiller fédéral était présent jeudi lors de la cérémonie officielle de cet anniversaire. Et pour le chef de la protection de la population, le site a un intérêt majeur pour le futur des déchets radioactifs. Il a rappelé qu’être pour ou contre le nucléaire ne changeait rien : « Les déchets sont bel et bien là et notre société a la responsabilité de les traiter et de les entreposer de manière sûre ». Le site de Mont Terri joue un rôle primordial pour assurer la sûreté et la construction d'un futur dépôt en couches géologiques profondes. Il suscite d’ailleurs l’intérêt du monde scientifique international.

Des recherches sont menées dans le laboratoire par seize organisations issues de huit pays dont la Suisse, l'Allemagne ou les États-Unis. Les expériences ont lieu le long de la galerie de sécurité du tunnel de l’A16 du Mont Terri.

Le laboratoire est utilisé à des fins de recherche exclusivement. Il est strictement interdit d'y stocker des déchets radioactifs. Une convention signée entre le canton du Jura et l'exploitant y exclut tout stockage.

Les autorités jurassiennes étaient bien évidemment présentes. Le ministre de l’Environnement David Eray explique quel a été le message du Gouvernement à cette occasion (une interview à écouter uniquement depuis la version classique du site). /ats+lbr+rch

Partager
Link
Météo