L’agriculture jurassienne pour intégrer les réfugiés

paysage jura printemps orge Zoom sur « paysage jura printemps orge » (touche ESC pour fermer)
(Photo: Chambre jurassienne d'agriculture)

Intégrer les réfugiés via l’agriculture et créer des passerelles vers la vie active. Avec l’appui des services de l’économie rurale ainsi que de l’économie et de l’emploi, l’Association jurassienne d'accueil des migrants (AJAM) et la Chambre jurassienne d’agriculture (CJA) lancent conjointement un programme-pilote d’occupation et d’intégration auquel les réfugiés pourront participer de manière volontaire, du 20 juin au 20 octobre.

Tâches ciblées

Les tâches admises dans le cadre de ce programme-pilote ne créeront pas de distorsions légales, puisqu’elles se limiteront à des activités non lucratives, à savoir l’arrachage manuel de plantes indésirables telles que les rumex ou les chardons, la lutte contre les campagnols ou accessoirement l’entretien autour des fermes.

Afin de faciliter l’intégration, le nombre de participants sera limité à quatre personnes par exploitation, en même temps. Les réfugiés seront mis à disposition des familles paysannes en fonction de l’intérêt qu’ils porteront à ce programme et de leur nombre. Les participants ne percevront aucune rémunération mais un supplément d’intégration, à charge de l’agriculteur, qui complétera le montant d’assistance auquel peut prétendre chaque réfugié. Selon, l’AJAM et la CJA, ce programme-pilote est un partenariat gagnant-gagnant. /comm+emu

Partager
Link
Météo