Le dossier de l’Inter rebondit au Parlement

Le financement de l’Inter à Porrentruy suscite encore le débat. Après les questions soulevées lors du dernier Conseil de ville à propos de la gestion de la brasserie par la société « L’Inter Porrentruy SA » et ses investisseurs anonymes, le député CS-POP Pierluigi Fedele a déposé mercredi une interpellation au Parlement jurassien à ce sujet. L’élu indique avoir eu connaissance d’éléments prouvant que la majorité du capital investi dans « L’Inter Porrentruy SA » provient du Cabinet Fueg SA, société dont l’actuel maire de la ville, Pierre-Arnauld Fueg, est l’administrateur unique.

Pour l’élu CS-POP, « cette situation laisse planer quelques doutes sur les motivations liées à la gestion de la structure et fait émerger un lourd problème de conflit d’intérêts ». Il demande donc au Gouvernement d’user de son influence pour obtenir la transparence nécessaire. Le député souhaite aussi que le Service des communes se saisisse de l’affaire. « Celui-ci peut enquêter lorsque des conflits d’intérêts entre élus communaux et leur activité privée se présentent », souligne Pierluigi Fedele.   

Des accusations réfutées

Contacté, le maire nous a renvoyé vers l’acte officiel notarial déposé lors du dernier Conseil de ville. La rédaction a pris connaissance de ce document. L’acte officiel a été établi par un notaire de Porrentruy la veille de la séance du législatif bruntrutain. Il certifie que le bénéficiaire de la société « L’Inter Porrentruy SA » n’est pas Pierre-Arnauld Fueg, ni un de ses proches. Il s’agit d’une tierce personne connue par le notaire.

Le Cabinet Fueg SA a toutefois servi d’intermédiaire à cette personne lors de l'augmentation du capital-actions. Un montant de 80'000 francs a été versé à la société Millot Sàrl qui est devenue par la suite « L’Inter Porrentruy SA ». Le notaire précise encore que le cabinet du maire ne détient pas ces fonds. /alr + ncp  

Partager
Link
Météo