Un couperet pour éviter des récidives

Une épée de Damoclès sur la tête à la sortie de prison. Un homme a été jugé vendredi au Tribunal pénal de Porrentruy pour plusieurs infractions à la Loi fédérale sur les stupéfiants et pour conduite inconvenante. Le trentenaire, déjà sous les verrous avant de se retrouver face à la justice, écope de 11 mois de peine privative de liberté et une amende de 200 francs pour des faits commis entre 2014 et octobre 2015 entre Porrentruy et Delémont. Mais cette sanction pourrait se terminer dans quelques jours déjà, selon la décision du Service juridique (JUR), compétent pour l’exécution des peines et mesures. Le JUR doit déduire les jours déjà passés derrière les barreaux avant le jugement et se prononcer sur une possible liberté conditionnelle. « Il y a tout lieu de penser qu’il sera libéré sous peu », a estimé le juge Pascal Chappuis.

C’est en ce sens que le magistrat a suivi la requête du Ministère public de non-révocation de sursis pour un jugement de 2014. Une décision motivée par le passé du prévenu : « Il a de mauvais antécédents et les faits sont graves », a rappelé le procureur. Ce sursis qui doit se terminer dans 10 mois, pèsera alors comme une épée de Damoclès sur l’individu « qui a un fort ancrage dans la criminalité ». /lbr

Partager
Link
Météo