SEN : la version de Pierre-Alain Cattin

Le ministre de la formation Martial Courtet et le chef du Service de l'enseignement, Pierre-Alain Cattin ont présenté l'analyse de fonctionnement du SEN. Zoom sur « Le ministre de la formation Martial Courtet et le chef du Service de l'enseignement, Pierre-Alain Cattin ont présenté l'analyse de fonctionnement du SEN. » (touche ESC pour fermer)
Pierre-Alain Cattin (à gauche), a livré sa version des faits dans La Matinale.

Il a pour habitude d’être direct, il a tenu à sa réputation. Pierre-Alain Cattin n’a pas mâché ses mots mardi sur RFJ. Invité dans La Matinale pour réagir à l’analyse de son service et son futur départ, le chef du Service de l’enseignement (SEN) a tenu à livrer sa version des faits sur les dysfonctionnements constatés et annoncés lundi.

Pour Pierre-Alain Cattin, « la confiance était déjà nettement rompue avant mon arrivée il y a deux ans, et je n’ai pas réussi à la retrouver. Je ne m'étais pas rendu compte de l’ampleur des dégâts ». Le chef du SEN avoue que les contacts avec le Syndicat des enseignants (SEJ) étaient compliqués, et qu’il n’a pas eu des dossiers faciles à traiter, notamment celui sur le salaire des enseignants. Certains ont reçu trop d’argent ces dernières années « parce que mes prédécesseurs ont fait des contrats erronés, accordé des allocations de fonctions à des gens qui n’y avaient pas droit » regrette Pierre-Alain Cattin. Et « demander des sous aux gens, c’est compliqué ».

« Des enseignants ne respectent pas les bases légales »

Questionné sur son profil « dirigiste », Pierre-Alain Cattin a réfuté l’attaque : « Peut-être que j’aurais dû faire autrement, j’en sais rien, mais j’ai dû remettre de l’ordre, déjà au service, mais aussi dans les écoles. Certains enseignants ne veulent pas respecter les bases légales ». Et de citer un exemple où des profs refusent d’avoir jusqu’à 13 élèves par classe alors que la loi le permet. « C’est mon rôle de faire respecter la loi. Mais les écoles, les collaborateurs n’acceptent pas qu’on reprenne un peu la main » se justifie Pierre-Alain Cattin.

L’analyse dévoilée lundi accuse aussi le SEN d'avoir du retard dans certains dossiers et d’en perdre d’autres. « Je n’accepte pas cela », affirme Pierre-Alain Cattin. « J’ai rattrapé tout ce qui n‘a pas été fait avant moi. Ce sont les écoles ne respectent pas les délais, parce que certaines ne nous transmettent pas les horaires dans les temps et on doit faire le boulot à la dernière minute ». L’ancien directeur du lycée cantonal estime donc avoir fait avancer le SEN. « Nous étions au fond de la piscine lorsque je suis arrivé. Là, nous avons déjà gravi quelques échelons ».

« Oui, il y a des collaborateurs incompétents »

L’analyse mentionne aussi le manque de confiance de Pierre-Alain Cattin envers ses employés. « Je n'ai peut-être pas suffisamment délégué, mais effectivement, je n’ai pas confiance envers certains membres du service qui sont incompétents. Cela a été mentionné dans le rapport, et je pense que c’est vrai », a-t-il conclu. / clo

(interview complète à écouter ci-dessous uniquement depuis la version classique de notre site internet).

Partager
Link
Météo