« On quitte l’usine Junker, mais on ne lâche pas »

La nouvelle est confirmée, le Pantographe a définitivement quitté l’usine Junker mercredi soir. Le litige entre le collectif culturel prévôtois et Tornos est ainsi réglé. Les membres du Pantographe ne lâchent toutefois pas l’affaire. Ils estiment que l’accord trouvé entre Tornos et la Fondation « Pays des Merveilles », qui porte sur la somme de 70'000 francs, n’est pas acceptable. Le collectif réclamait à la société le remboursement des 228'000 francs empruntés à la Fondation pour la rénovation de l’aile nord du bâtiment.

Selon Res Balzli, président de la Fondation « Pays des Merveilles », les membres du Pantographe se sont engagés à rembourser eux-mêmes le reste de la somme empruntée, afin de sauver leur dignité.

L’accord avec Tornos n’a pas encore été officiellement signé, mais pour Res Balzli, une solution à l’amiable a été trouvée avec l’entreprise de machines-outils et l’affaire est classée. /mdu

Partager
Link
Météo