Finances communales : le chaud et le froid

Les finances des communes jurassiennes connaissent une nette amélioration, mais pas l’endettement. Le rapport sur l’exercice 2014 a été dévoilé mercredi. Il en ressort que les rentrées fiscales ont augmenté de près de 10 millions de francs, ce qui a permis d’améliorer la capacité d’autofinancement des communes (à 11,8%). Ce constat doit toutefois être relativisé, puisque les produits de l’amnistie fiscale ont été déterminants pour obtenir ce résultat.

En revanche, l’endettement communal brut a subi une nouvelle augmentation. Il s’élève à 615 millions de francs, soit 8'500 francs par habitant. Le niveau est jugé critique. « Les communes avaient passablement de retard dans la réalisation d’investissements. Elles n’ont pas suffisamment développé de projets durant les dernières décennies et doivent aujourd’hui rattraper le coup. Il y a une autre nuance à faire dans ces données 2014 : des investissements pour les eaux ou les chemins de remaniement parcellaire, par exemple, sont fortement subventionnés. Et ces subventions sont versées deux ans plus tard. On a ici des données brutes. Il s’agira donc de refaire le bilan d’ici deux ou trois ans », explique Raphaël Schneider, le délégué aux affaires communales.

Année 2015 plus favorable

Les autorités cantonales ont présenté les chiffres de 2014, alors que les comptes 2015 sont pratiquement bouclés partout. La tendance ? « L’exercice 2015 est encore plus favorable, mais toujours grâce à la fameuse amnistie fiscale, les derniers dossiers ayant été déposés fin 2014. Beaucoup de communes ont réalisé des exercices 2015 bien plus favorables que ce qui était budgétisé. On constate aussi une diminution de la dette. Mais c’est vraiment extraordinaire », nous a confié Raphaël Schneider.

Un grand projet en cours

L’état des finances des communes reste malgré tout préoccupant. « Il faut véritablement que les communes s’appliquent à réaliser une planification financière. Le Gouvernement jurassien et l’Association jurassienne des communes planchent actuellement sur un grand projet de répartition des charges et tâches, ainsi que sur une révision de la péréquation. Ce projet est traité en parallèle à la réforme des entreprises III », dit encore Raphaël Schneider. /rch

Partager
Link
Météo