Un printemps pourri pour les agriculteurs

Stéphane Balmer Zoom sur « Stéphane Balmer » (touche ESC pour fermer)
Stéphane Balmer, agriculteur à Courcelon, subit les mauvaises conditions météo, à l'image des paysans de la région.

La pluie qui s’abat sur la région depuis le début du printemps ne facilite pas la tâche des agriculteurs. Les champs sont gorgés d’eau et certains travaux habituels ont pris du retard. La situation n’est toutefois pas catastrophique jusqu’à présent. Les céréales, tout d’abord, ne posent pas trop de problèmes pour l’instant. L’humidité est, certes, bien là mais les températures restent basses, ce qui – fort heureusement - ne favorise pas le développement de maladies. C’est un peu plus gênant pour les betteraves et les pommes de terre dont les récoltes pourraient être plus faibles que d’habitude. Certaines maladies comme le mildiou pour les patates ont, par ailleurs, fait leur apparition par endroits.

La situation est plus compliquée, en revanche, pour les fourrages. Certains agriculteurs n’ont pas encore pu faucher. C’est toutefois davantage la qualité que de la quantité des fourrages qui préoccupe certains paysans. Stéphane Balmer est agriculteur à Courcelon et possède notamment un élevage de chèvres laitières. Il est relativement chanceux puisqu’il a pu procéder à une première coupe le mois dernier. Son témoignage, au micro de François Comte, est à écouter ci-dessous (entretien à écouter uniquement depuis la version classique du site) :

/fco

Partager
Link
Météo