Une agression physique, mais pas sexuelle

Château de Porrentruy Zoom sur « Château de Porrentruy » (touche ESC pour fermer)
Château de Porrentruy

Un homme écope de 30 jours amende à 10 francs avec sursis pendant trois ans, une femme est acquittée. C’est le verdict prononcé vendredi après-midi par le tribunal de première instance de Porrentruy. L'homme était accusé de contrainte sexuelle, de mise en danger de la vie d’autrui et de séquestration ainsi que de lésions corporelles. Le Ministère public, représenté par la procureure Frédérique Comte, avait requis deux ans d’emprisonnement ferme. L’homme a finalement été reconnu coupable uniquement de lésions corporelles simples. « Il avait pourtant une bonne tête de coupable avec un état mental qui fait souci », a osé le juge Pascal Chappuis. Quant à la femme impliquée dans l'affaire, aucun chef d'accusation n'a été retenu contre elle.

Les faits remontent au mois de décembre 2013. Les deux personnes, sous influence de l’alcool après un passage dans un établissement public, se sont retrouvées dans l’habitation de l’homme. « De toute évidence, elles avaient une liaison et l’homme éprouvait des sentiments amoureux », affirme le juge. La femme estimait avoir été victime d’une agression sexuelle mais Pascal Chappuis n’est pas allé dans ce sens. Il a affirmé que le discours de la plaignante comprenait « un nombre incalculable d’incohérences ». Il a précisé que « trouver une version avérée dans un tel fouillis était mission impossible ».

Le magistrat a toutefois expliqué qu’une bagarre avait bien eu lieu entre les deux individus. Elle s’est produite lorsque l’homme s’est mis en colère, croyant qu’elle lui avait dérobé de l’argent, toujours selon Pascal Chappuis.

Alcool et argent ne font apparemment pas bon ménage... /bbo

Partager
Link
Météo