Le radar continuera de fonctionner au même régime

Le radar semi-stationnaire Zoom sur « Le radar semi-stationnaire » (touche ESC pour fermer)
Le radar semi-stationnaire

Le radar semi-stationnaire est amorti. C’est la constatation dont a fait part le PCSI de Boécourt, Frédéric Lovis, à la tribune du Parlement jurassien mercredi matin à l’heure des questions orales. Le député s’est réjoui pour les caisses de l’Etat, tout en soulignant que la pilule a été amère pour les automobilistes. Il a néanmoins relevé que la vitesse sur les routes a effectivement diminué. Partant de ce constat, l’élu voulait savoir si l’utilisation de ce radar allait se poursuivre sur le même mode ou si le Gouvernement avait l’intention de « lever le pied ».

Dans sa réponse, la ministre de l’Intérieur en charge de la police a d’abord fait le décompte des automobilistes flashés et des amendes. En six mois d’utilisation du radar, ces dernières ont rapporté 440'000 francs, alors que l’appareil a coûté 220'000 francs. Nathalie Barthoulot a toutefois rappelé que l’objectif n’est pas là, mais bien dans le fait de diminuer la vitesse sur les routes, en particuliers dans les villages et sur l’A16. Et de nombreuses communes ont d’ailleurs constaté un effet positif sur la vitesse. La ministre indique également que les autorités communales ou des groupes villageois font régulièrement appel à la police pour installer le radar chez eux. Enfin, elle a répondu qu’il n’est pas prévu d’acquérir un second radar, ni de « lever le pied » au niveau de l’utilisation de l’appareil. Elle relève par ailleurs qu’aucun objectif chiffré n’a été fixé au commandant de la police en matière d’encaissement d’amendes. /iqu

Partager
Link

Galerie photos liée

26.10.2016
Météo