Un dernier effort avant la retraite

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
Jean-Pierre Spiess était en pleine préparation du gymkhana vendredi à Bassecourt.

Jean-Pierre Spiess quitte la vie active samedi. Il terminera son mandat de chef du groupe « Education-Prévention Routière » au sein de la police cantonale jurassienne, à la fin de la 12e finale cantonale du tournoi cycliste d’éducation routière qui se tient à Bassecourt. Le Vadais de 60 ans a formé entre 3'000 et 4’000 écoliers du Jura par an à la pratique du vélo depuis 1990 pour éviter au maximum les accidents. « J’ai toujours été très ferme dans mes convictions, c’est sûr. L’éducation routière, c’est sacré pour moi. Je pouvais être relativement sévère avec quelqu’un qui tentait d’y toucher », explique Jean-Pierre Spiess.

Des jeunes moins peureux maintenant

« Dans le temps, on disait à un jeune : tu dois regarder, écouter et t’arrêter, point. Aujourd’hui, on doit davantage expliquer les raisons de cette démarche à la jeunesse, parce qu’un enfant est plus demandeur. Par ailleurs à l’époque, lorsqu’on arrivait dans une école enfantine, beaucoup de bambins pleuraient, parce qu’ils avaient peur des gendarmes, ce qui n’est plus le cas en 2016 », affirme Jean-Pierre Spiess. « Il n’est pas plus compliqué de former les jeunes aujourd’hui qu’auparavant : le respect est toujours là », détaille l’habitant de Bassecourt. /bbo

Partager
Link
Météo