Un pot à moitié plein pour le Théâtre du Jura

Le visuel de la campagne de communication et de soutien est signé Plonk&Replonk Zoom sur « Le visuel de la campagne de communication et de soutien est signé Plonk&Replonk » (touche ESC pour fermer)
Le visuel de la campagne de communication et de soutien est signé Plonk&Replonk

Un peu plus de la moitié des fonds a été trouvée pour le Théâtre du Jura. Sa Fondation a levé le rideau jeudi sur un premier bilan de la recherche. Des promesses de dons pour un montant total de 4,2 millions de francs ont été récoltés auprès de tiers depuis cinq mois. La Loterie romande y a contribué à hauteur de 2 millions de francs et l’Association jurassienne des communes a offert 200'000 francs. Au total, la fondation doit réunir 8 millions de francs pour la construction du théâtre. Des perspectives significatives pour les trois premières années de fonctionnement ont aussi été annoncées. Il faudra effectivement encore 880'000 francs de fonds privés pour assurer le fonctionnement du futur théâtre, estimé à trois millions de francs par an, le solde étant financé par l’Etat.

Parallèlement, l’acte de donation des terrains du « Ticle » au Canton du Jura par la ville de Delémont a été signé il y a 15 jours.

Place à l’acte 2

L’acte 1 est donc joué, l’acte 2 peut débuter. Cette seconde étape doit élargir et intensifier la récolte de fonds. Pour cela, une campagne de communication sera lancée auprès du grand public cet été. Le visuel qui l’accompagne a été créé par les artistes chaux-de-fonniers Plonk et Replonk. Il doit mobiliser la population autour du projet. « Il faut que ce théâtre entre dans le cœur des Jurassiens », a insisté Christine Salvadé, la cheffe de l’Office de la culture. Les personnes qui le désirent pourront soutenir le projet en achetant symboliquement des planches.

« Confiants et convaincus »

« C’est bien parti ». Le président de la Fondation pour le Théâtre du Jura s’est réjoui de l’argent déjà réuni. Jacques Gygax s’est dit confiant et convaincu. Selon lui, « il existe encore un fort potentiel de soutien ». Il admet toutefois qu’il faudra redoubler d’effort pour la suite. La suite justement ne se construira pas uniquement avec le grand public. Les pistes de la région bâloise et de l’Arc lémanique sont également creusées. Le Gouvernement jurassien a d'ailleurs établi des contacts afin de faciliter les liens avec des investisseurs bâlois. Le ministre jurassien de la culture, Martial Courtet, et le président de l’exécutif, Charles Juillard, ont notamment pu rencontrer la conseillère d’Etat du canton de Bâle-Ville, Eva Herzog. Martial Courtet a d’ailleurs relevé jeudi les propos de la vice-présidente de l’exécutif bâlois qui se demande si le Théâtre du Jura ne pourrait pas devenir le théâtre francophone de Bâle. Une déclaration qui pourrait faire mouche auprès des investisseurs de la région. Le ministre de la culture précise encore qu’un accord de principe a été signé pour un soutien de l’Office fédéral de la culture. Il devrait être concrétisé la semaine prochaine.

Un permis de construire pour 2017

Des échéances précises ont été annoncées. Un état des lieux de la collecte de fonds sera établi fin septembre par le Gouvernement jurassien avec la Fondation pour le Théâtre du Jura. Le but est d’évaluer les chances de succès du projet. La fondation devra apporter, le 31 décembre 2017 au plus tard,  la preuve que les fonds sont réunis en vue de la construction. Alain Maître, de l’entreprise HRS Real Estate SA en charge de la construction, a annoncé qu’un permis général de construction sera déposé cet automne. Le permis de construire devrait, quant à lui, être transmis aux autorités compétentes durant le premier trimestre 2017. Les travaux pourraient débuter l’automne suivant. /lbr

Partager
Link
Météo