Tireur de Tavannes condamné

   Zoom sur «     » (touche ESC pour fermer)
Le jeune homme avait tiré un coup de feu dans la cage d'escalier des services sociaux de Tavannes, situés dans le bâtiment de l'administratio communale

24 mois de prison avec sursis pendant 3 ans : le jeune homme qui avait tiré un coup de feu dans les services sociaux de Tavannes le 4 mars 2015 a été condamné mardi après-midi. Il a notamment été reconnu coupable d’infraction à la loi sur les armes, de mise en danger de la vie d’autrui, de séquestrations ainsi que de tentative de violence ou menace contre les autorités et les fonctionnaires. Il a aussi écopé de 150 jours-amendes à 20 francs avec sursis pendant 3 ans pour une autre affaire, dans laquelle il a été condamné pour lésions corporelles simples et injures.

« Vous vous en sortez avec deux yeux au beurre noir » : le juge Jean-Mario Gfeller s’est adressé par ces mots à l’accusé. Le tribunal a reconnu qu’il n’y avait personne dans le champ de vision du jeune homme de 20 ans lorsqu’il a tiré un coup de fusil dans la cage d’escalier du bâtiment communal de Tavannes. Il le croit aussi lorsqu’il dit qu’il n’a jamais voulu tirer sur quelqu’un. Malgré cela, une personne aurait pu surgir sur la trajectoire du coup de feu à tout moment et aurait pu être blessée mortellement. Le juge a qualifié l’acte de l’accusé, qui disait avoir agi pour se faire entendre, d’égoïste et d’insensé.

Le jeune homme n’ira toutefois pas en prison. Il a déjà passé près de 6 mois derrière les barreaux, et 62 jours de mesures de substitution ont aussi été pris en compte. Ces dernières se poursuivront pendant 6 mois. Le prévenu devra notamment poursuivre sa formation et sa psychothérapie. Il a aussi l’interdiction de se rendre aux services sociaux de Tavannes sans l’accord de la direction de ceux-ci, ainsi que d’entrer en contact avec les plaignants. Le juge a aussi prononcé une interdiction de posséder des armes.

En ce qui concerne les employés des services sociaux, le juge Gfeller leur a souhaité de pouvoir refermer ce chapitre de leur vie, pour ensuite écrire de nouvelles pages de leur parcours professionnel.

Notez encore que le jeune homme devra aussi payer près de 30'000 francs de torts moral et de dommages et intérêts à ses victimes, ainsi qu’environ 60'000 francs de frais de procédure. /ast

Partager
Link
Météo