L'interactivité débarque au NIFFF

Un moment de discussion s'est tenu après la séance entre le public et le réalisateur Tobias Weber. Zoom sur « Un moment de discussion s'est tenu après la séance entre le public et le réalisateur Tobias Weber. » (touche ESC pour fermer)
Un moment de discussion s'est tenu après la séance entre le public et le réalisateur Tobias Weber (au centre).

Grande première jeudi soir lors de la 16e édition du NIFFF à Neuchâtel. Près de 150 privilégiés ont assisté à la diffusion de Late Shift, un film interactif réalisé par le Suisse Tobias Weber. Un long-métrage de nonante minutes présenté dans la nouvelle sélection « amazing Switzerland » du festival mettant en avant le cinéma fantastique helvétique.

À vos commandes !

Le film était donc piloté depuis la salle, par les spectateurs. Une application pour smartphones nommée « Ctrlmovie » permettait de se connecter à l’écran et de choisir la suite à donner au film, à l’aide de deux choix apparaissant simultanémement sur le téléphone et l’écran de la salle. Une interactivité, générée par une technologie fluide, qui n’a pas manqué de faire réagir plus d’une fois le public sur les tournants pris par l’histoire

Le film était piloté depuis les téléphones des spectateurs de la salle. Zoom sur « Le film était piloté depuis les téléphones des spectateurs de la salle. » (touche ESC pour fermer)
Le film était piloté depuis les téléphones des spectateurs de la salle.

Sept fins différentes

Les spectateurs ont donc fait le choix d’une fin, alors que le réalisateur Tobias Weber en a prévu sept. « J’ai une fin préférée et vous êtes presque arrivés à la meilleure » a-t-il confié au public lors de la séance de questions-réponses après la projection. C’était aussi l’occasion pour le Suisse de remercier les acteurs pour le grand travail effectué. Le film a nécessité 8 semaines de tournage, pour un total de quatre heures de matériel, si on assemble les différentes scènes correspondant aux choix des spectateurs. /lre

Partager
Link
Météo