Des éducateurs en mal de reconnaissance

Les éducatrices et éducateurs de la petite enfance dénoncent la situation de leur secteur dans le canton du Jura. Leur association - l’AJEDE – ainsi que les syndicats SSP et Syna ont mis sur pied une petite manifestation lundi soir sur la place de la Gare à Delémont. Environ 80 personnes, pour la plupart de la profession, étaient présentes. Sur les pancartes, on pouvait lire : « je soulève 9kg 12 fois par jour », « stress et manque de temps pour chaque enfant » ou encore « je mange rapidement, l'assiette posée sur mes genoux ». 

Manifestation, AJEDE
-

Manifestation, AJEDE
-

Manifestation, AJEDE
-

Une pétition lancée

L'AJEDE et les syndicats ont également lancé une pétition à l'adresse du Gouvernement. Le texte demande une meilleure reconnaissance de la profession d’éducatrices et d’éducateurs de l’enfance ainsi que le lancement d’une réflexion pour harmoniser les conditions de travail ainsi que les salaires. 

Le domaine de la petite enfance a fait l’objet récemment d’une évaluation des fonctions menée par le Gouvernement jurassien. Les nouvelles dispositions doivent entrer en vigueur en août prochain. Il s’agit d’un cadre général. Le secrétaire régional de Syna, Loïc Dobler relève qu’il n’est « pas contraignant » pour les employeurs des éducatrices et éducateurs de l’enfance, à savoir les communes ou les organismes qui dépendent de ces dernières. Loïc Dobler souligne également que certaines communes rechignent à appliquer la nouvelle évaluation des fonctions. Il indique que les disparités entre les différentes institutions qui s’occupent de la petite enfance dans le Jura sont importantes. « Les différences de salaires peuvent aller de 300 à 400 francs par mois », précise Loïc Dobler. La réflexion qui est demandée dans la pétition suggère la mise en place « d’une structure cantonale, par district ou encore sur le modèle des enseignants ». /comm + fco + cad

Partager
Link
Météo