Valentine Friedli s’en est allée

Valentine Friedli Zoom sur « Valentine Friedli » (touche ESC pour fermer)
Valentine Friedli (photo: www.jura.ch)

Elle a été la seule femme à siéger à l’Assemblée constituante jurassienne. Valentine Friedli est décédée dimanche à l’âge de 87 ans, selon « Le Quotidien jurassien ». L’ancienne conseillère nationale a siégé sous la coupole fédérale de 1983 à 1987. Valentine Friedli a grandi à Courtételle avant de s'établir à Delémont. Elle était très impliquée dans la défense du statut des femmes et était de tous les combats autonomistes. La socialiste a fait partie de l’Association féminine pour la défense du Jura. Elle a également été membre du comité directeur du Rassemblement jurassien. Valentine Friedli était également engagée en politique locale. Elle a siégé de 1973 à 1978 au législatif delémontain. Elle a également été députée au Parlement jurassien de 1979 à 1983. Les onsèques de Valentine Friedli auront lieu jeudi, à 14h, en l'église St-Marcel, à Delémont.

L’hommage de Nathalie Barthoulot à une pionnière

L’actuelle ministre de l’Intérieur, Nathalie Barthoulot, a salué la mémoire « d’une grande dame engagée et audacieuse, une pionnière et un modèle qui a montré la voie aux femmes ». « Le canton du Jura pleure aujourd’hui une grande dame qui s’en est allée », déclare l’élue socialiste. Nathalie Barthoulot note également que Valentine Friedli a obligé les femmes à bouger pour prendre en mains leur destin et à s’engager en politique. La ministre socialiste relève, par ailleurs, que l’ancienne conseillère nationale a proposé des solutions novatrices pour l’époque comme les structures d’accueil pour les enfants ou l’aménagement des horaires.

Nathalie Barthoulot souligne que la situation s'est améliorée mais que « le combat de Valentine Friedli n’est de loin pas terminé et que la place des femmes en politique est encore trop tenue ». « Dans un article de l’époque, Valentine Friedli estimait que tout allait lentement, voire trop lentement, en politique pour les femmes », poursuit la ministre de l’Intérieur. « C’est une observation encore valable », estime Nathalie Barthoulot. La ministre socialiste rappelle également que Valentine Friedli préconisait la solution des quotas dans ce même article. « Il s’agit probablement d’une solution pour que les femmes prennent leur place », conclut Nathalie Barthoulot. /lbr + fco

Partager
Link
Météo