Caméras de surveillance: impossible d'identifier les automobilistes

Image de la caméra de surveillance lors du dépassement dans le tunnel du Mont Terri. Zoom sur « Image de la caméra de surveillance lors du dépassement dans le tunnel du Mont Terri. » (touche ESC pour fermer)
Image de la caméra de surveillance lors du dépassement dans le tunnel du Mont Terri.

Les caméras de surveillance sur les routes jurassiennes ne permettent pas d’identifier les automobilistes. Elles ont été installées en 1998, lors de l’ouverture de l’autoroute A16. Résultat: les vidéosurveillances ont une utilisation limitée. Elles permettent d’identifier les ralentissements, d’avoir une idée du déroulement d’un accident, mais impossible de lire les plaques d’immatriculation.

Selon Philippe Maître, responsable circulation de la Police cantonale jurassienne, « la basse résolution des caméras s’explique en raison d’une interdiction légale ». L’Office fédérale des routes indique que, dans le cadre de la Loi sur la protection des données, les caméras sont posées de telle sorte qu’il est impossible d’identifier le chauffeur ou le numéro de plaque.

Autre constat du responsable de la police jurassienne: « l’impossibilité d’identifier les automobilistes rend les choses plus compliquées ». C’est d’ailleurs le cas pour l’affaire du conducteur qui a manqué de percuter une voiture lors d’un dépassement dans le Tunnel du Mont-Terri, dimanche dernier. La Police cantonale jurassienne est toujours à sa recherche. Seules informations : il s’agissait d’un gros pick-up gris ou blanc, probablement de marque FORD. /lhu+ncp

Partager
Link

Galerie photos liée

05.12.2016
Météo