Un casque peut sauver une vie

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
Les adeptes de la petite reine sont 49% à porter un casque en 2016 en Suisse.

Les Suisses portent de plus en plus un casque lorsqu’ils font du vélo. Le Bureau de la prévention des accidents a révélé le résultat du comptage 2016 cette semaine. Les amateurs de la petite reine sont 49 % à se protéger. Le chiffre est en légère hausse par rapport à l’exercice 2015.

« Dire que les chiffres nous conviennent, c’est un grand mot. On peut prendre l’image du verre à moitié vide ou à moitié plein. Un cycliste sur deux porte le casque. On voit ça quand même comme un chiffre avec un gros potentiel d’amélioration. Par rapport à l’année dernière, c’est tout de même satisfaisant » indique Mark Williams, chef délégué pour le Sud-ouest de la Suisse au BPA.

Les jeunes se protègent plus

Les enfants jusqu’à 14 ans sont les meilleurs élèves avec un taux de port du casque de 69 %, suivent les hommes avec 52 % et les femmes avec 46 %. Comment expliquer un écart de 6 % chez les adultes des deux sexes ? Mark Williams invoque plusieurs raisons. « Ces casques ne sont pas simples à porter quand on se coiffe ou qu’on a une tresse ou un chignon. Ça oblige presque à mal porter le casque. Le fait que les femmes soient plus prudentes dans la circulation et qu’elles aient une conduite moins agressive peut les inciter à penser qu’un casque n’est pas indispensable ».

Obligation du port du casque

Contrairement au vélo traditionnel, les utilisateurs de vélo électrique rapide doivent porter un casque. Une loi en ce sens est entrée en vigueur le 1er juillet 2012. Le relevé de comptage 2016 du Bureau des préventions des accidents a indiqué que 86 % des gens se protègent. « D’expérience, on l’a vu avec l’obligation du port de la ceinture de sécurité. Il y a toujours un délai de transition entre l’adoption d’une règle et son application » indique encore Mark Williams, chef délégué pour le Sud-ouest de la Suisse au BPA. /seb

Partager
Link
Météo