Le tissage, plutôt une passion qu’un métier

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
Liselotte Pfirter, face à son métier à tisser, prépare un linge bicolore.

Depuis qu’elle est à la retraite, Liselotte Pfirter a tout le temps de s’adonner à son « passe-temps »: le tissage. Cela fait 35 ans que cette Bâloise a commencé à manipuler des métiers à tisser, mais elle n’a jamais pu en vivre. Aujourd’hui, dans son atelier de tissage à Saint-Ursanne, elle fabrique des linges de maison et les propose à la vente. Elle donne également des cours de tissage, pour perpétrer ce savoir-faire ancestral.


Liselotte Pfirter était en plein réalisation d’un tissu bicolore, quand Caroline Toussaint l’a interviewée. Un reportage à découvrir ci-dessous (disponible uniquement sur la version classique du site) : /cto

Partager
Link
Météo