Le Gouvernement roule toujours pour le « Crité »

Le Gouvernement jurassien confirme son soutien au Critérium jurassien et aux autres courses automobiles qui se déroulent dans le canton. Il a répondu en ce sens à une question écrite du député « vert » Hansjörg Ernst. L’élu écologiste s’inquiétait notamment des émanations à effet de serre dues au « Crité ». Il s’est également demandé si la tenue d’une telle épreuve n’était pas en contradiction avec le développement d’un tourisme « doux » dans la région.

Dans sa réponse, le Gouvernement relève que le comité du Critérium a pris des mesures pour limiter l’impact de la course. Les organisateurs avaient été récompensés en 2008 par le prix Ecosport pour leurs actions en faveur de l’environnement. L’exécutif cantonal note que la suppression de courses dans le Jura réduirait certes les émissions de CO2, mais dans une proportion très limitée, anecdotique, voire nulle si ces manifestations étaient réalisées dans d’autres régions. Pour le Gouvernement, le sport automobile n’est par ailleurs pas à mettre en contradiction avec le tourisme « doux » dès l’instant qu’il est pratiqué dans un milieu maîtrisé. Il rappelle que le « Crité » est un acteur important du développement touristique du canton et de son rayonnement en Suisse. L’impact économique de la manifestation n’est en outre pas à négliger.

Le député Hansjörg Ernst a encore interpellé le Gouvernement sur le soutien financier apporté au Critérium jurassien. Le montant est de 4'500 francs. A titre comparatif, l’exécutif note qu’il alloue plus de 10'000 francs au SlowUp, une manifestation dédiée à la mobilité douce.

Pas d’abus sur les routes

Toujours dans sa question écrite, le député « vert » s’est demandé si le Critérium jurassien n’était pas un frein aux efforts fournis pour prévenir les accidents. Non, dit le Gouvernement jurassien. La course a lieu dans un espace sécurisé et maîtrisé. Les risques de débordements sur la voie publique sont ainsi limités. Les pilotes n’incitent pas les spectateurs à rouler trop vite. La police n’a d’ailleurs pas constaté de comportements excessifs lors du dernier « Crité ».

Hansjörg Ernst se demandait encore si la fermeture de routes publiques pour la course n’entravait pas trop le déplacement des citoyens. Non, a encore une fois répondu le Gouvernement. La philosophie du Critérium est d’éviter et de réduire au maximum les nuisances liées aux fermetures de routes. Le départ de la course 2016 a par exemple été retardé pour permettre aux agriculteurs de terminer leur travail, aux cars postaux de passer et pour garantir l’accès aux restaurants.

En conclusion, le Gouvernement jurassien n’entend pas changer sa politique de soutien aux manifestations importantes qui se déroulent dans le canton et qui attirent la foule. /rch

Partager
Link

Galerie photos liée

24.04.2016
Météo