La fermeture de classes permet de réelles économies

La pertinence de fermer des classes est avérée. Le Gouvernement a récemment répondu à la question écrite déposée par le député UDC Romain Schaer. L’élu demandait si les fermetures de classes ne sont pas de vraies fausses bonnes mesures. Il s’interrogeait d’une part sur l’économie réelle qu’impliquent ces suppressions. Le député souhaitait d’autre part savoir dans quelle mesure l’aspect qualitatif de l’enseignement et le confort de l’élève étaient pris en compte dans ce genre de décision. Dans sa réponse, le Gouvernement assure que l’élève est au cœur des réflexions.

Le Gouvernement précise d’abord la donne. Le Département de la formation ne décide des fermetures de classes qu’à l’école primaire, l’organisation de l’école secondaire étant réglée précisément par une directive particulière. La réflexion menée pour décider d’une fermeture porte sur les effectifs du cercle scolaire et les projections sur 4 ans, les possibilités de regroupement et les transports. Il est par ailleurs préconisé d’éviter le déplacement des écoliers lors des deux premières années de scolarisation. Une application stricte de l’ordonnance permettrait la fermeture de 15 à 18 classes dans les trois ans, relève l’exécutif. Ce qui n’est pas négligeable au vu des économies potentielles.

Des centaines de milliers de francs

Le Gouvernement cite notamment l’exemple de la fermeture de deux classes dont les élèves ont été scolarisés dans un autre établissement sans ouverture de classe. Malgré les leçons de co-enseignement et les transports qu’il a fallu mettre sur pied, l’économie est d’environ 100'000 francs sur un an. Un montant réparti à 63,5% pour les communes et 36,5% pour le canton. Les classes, voire les écoles ainsi libérées sont du coup disponibles pour un autre usage, souligne l’exécutif. Quant au bien-être des enfants, le Gouvernement juge important de scolariser les élèves avec suffisamment d’autres petits camarades pour favoriser leur socialisation. Les transports sont d’ailleurs facteurs d’intégration et de développement de l’autonomie grâce aux contacts et la prise en charge des plus grands, d’après le Gouvernement. Et de conclure que la prise en charge pédagogique de qualité et les déplacements en sécurité sont au cœur des réflexions en matière de fermeture de classes. /iqu

Partager
Link

Galerie photos liée

26.10.2016
Météo