Pour les écoles, contre les déchets sauvages

Conseil de ville Delémont Zoom sur « Conseil de ville Delémont  » (touche ESC pour fermer)
Le Conseil de ville Delémont a accepté la construction de containers au Gros-Seuc.

L’école du Gros-Seuc va se doter de pavillons préfabriqués pour accueillir deux classes. Le Conseil de ville de Delémont a donné son aval lundi soir, sans avis contraire, à un dépassement budgétaire de 97'000 francs pour la réalisation des containers en question et leur location pour l’année en cours. Les pavillons seront édifiés pour la rentrée d’octobre prochain. Ils sont destinés à accueillir des élèves jusqu’à la construction d’un nouveau bâtiment scolaire, prévue en 2020 en principe aux Arquebusiers. Les containers permettront de répondre à l’ouverture d’une classe supplémentaire et au transfert d’une classe de soutien du Château au Gros-Seuc.

Un soutien avec des regrets

Le soutien au projet a été très large lors du vote mais plusieurs groupes parlementaires – PS, PDC et PCSI - ont regretté un manque d’anticipation dans ce dossier. Le maire, Damien Chappuis, a reconnu une erreur dans la planification des besoins. La conseillère communale en charge du dossier, Esther Gelso, a, nuancé en indiquant que les prévisions du nombre d’élèves réalisés par ses services s’étaient avérées proches des chiffres actuels. Elle a précisé que la décision du Conseil communal de l’époque de reporter le projet des Arquebusiers pour des questions de priorités expliquait en grande partie la situation et donc la nécessité de réaliser des pavillons préfabriqués au Gros-Seuc.

Contre les déchets sauvages mais pas tout de suite

Le Conseil de ville de Delémont, a par ailleurs, décidé lundi soir de se joindre à la lutte contre le littering, soit l’abandon de déchets alimentaires ou autres mégots et bouteilles sur la voie publique. Il a adopté, également sans avis contraire, une motion transformée en postulat de Dominique Baettig. L’élu UDC souhaitait introduire des amendes dissuasives pour lutter contre ce phénomène. Il a finalement accepté de transformer son texte en postulat comme le demandait le Conseil communal. La ville de Delémont a, en effet, décidé de se joindre au projet d’initiative populaire communale portée par la ville de Porrentruy. Le texte va demander l’autorisation de pouvoir délivrer des amendes d’ordre, notamment pour des cas de littering, au même titre que pour le parking, par exemple. Actuellement, il faut passer par une dénonciation au Ministère public, ce qui prend du temps. La contravention serait ainsi directement payable par la personne fautive. Chaque commune resterait toutefois libre de fixer le montant des amendes. /fco

Partager
Link
Météo