La braderie et ses montagnes de détritus

Des détritus qui atteignent des sommets. On vous parlait d’une édition record pour la braderie 2016, la manifestation de Porrentruy s’est aussi distinguée d’un point de vue des déchets. Quelques jours après la fermeture des stands, les poubelles de la braderie livrent leur secret.

 

La braderie en tonnes de déchets

Participation record rime avec augmentation des déchets. Le comité de la Braderie essaie d’année en année d’optimiser le recyclage. Lors de cette édition, une filière pour le carton a été mise en place, 20 m3 ont été repris. Environ 11 tonnes de verres ont été récupérées, c’est 30% de plus qu’en 2014. La quantité de PET a doublé, soit 150 sacs de 110 litres. Yves Guenat, le responsable de ce secteur, estime que cette forte hausse s’explique par l’affluence et la chaleur qui régnait pendant cette Braderie poussant le public à s’hydrater davantage.

La plus grande quantité de détritus est toutefois incinérée, environ 11,2 tonnes, soit 400 kg de plus qu'il y a deux ans alors qu'il y a eu 10'000 visiteurs de plus. Yves Guenat assure que les bradeurs utilisent davantage les filières de recyclage ainsi que les sacs taxés. Parmi ces incinérables, on trouve surtout des gobelets qui pourraient être recyclés mais, selon Yves Guenat, les contraintes sont trop importantes. Il faudrait par exemple qu’ils ne soient pas trop souillés. Pour la prochaine braderie, des efforts pourraient être entrepris pour récupérer l’aluminium qui pour le moment finit souvent à la poubelle, même si des écopoints sont répartis sur le parcours. Toutes ces mesures, afin de rendre la fête un peu plus propre, ont un coût. Le budget pour la gestion des déchets s’élève à environ 12'000 francs. /ncp

Partager
Link

Galerie photos liée

31.08.2015
Météo