Swissmem retrouve un léger sourire, la CEP relativise

Le directeur de VOH Richard Vaucher Zoom sur « Le directeur de VOH Richard Vaucher » (touche ESC pour fermer)
Le président de la Chambre d'économie publique du Jura bernois, Richard Vaucher, relativise l'optimisme de Swissmem (archives)

L’association faîtière de l’industrie des machines, des équipements électriques et des métaux a augmenté ses entrées de commandes de 9,6% au premier semestre de l’année. Swissmem a divulgué ses chiffres merrcredi matin. Les exportations ont aussi pris l’ascenseur, mais pour le deuxième trimestre 2016. Le chiffre d’affaires a, lui, été en recul de 3,5% depuis le début de l’an.

Cela faisait 7 trimestres de suite que les industries des machines, des équipements électriques et des métaux n'avaient plus connu une pareille situation. Swissmem avertit tout de même qu’il ne faut pas céder à l’euphorie. Les presque 10% de hausse des entrées de commande depuis un an s’explique surtout par un résultat au second trimestre 2015 extrêmement mauvais à cause de l’abandon du taux plancher entre le franc suisse et l’euro.

Du côté des exportations, on parle d’une valeur de plus de 31 milliards et demi de francs. Mais les principaux marchés ont évolué de manière différente avec une augmentation des envois vers l’Unions Européenne et les Etats-Unis, mais une nette diminution en ce qui concerne l’Asie.

Les conséquences économiques de l’année passée se reflètent dans le nombre d’employés de l’industrie des machines, des équipements électriques et des métaux. Depuis l’abandon du taux plancher avec l’euro, 9'200 emplois ont été perdus. Mais entre le mois d’avril et le mois de juin de cette année, 1'600 personnes ont été engagées parmi les industries affiliées à Swissmem.

Les perspectives d’avenir sont optimistes. Selon une enquête interne, Swissmem annonce que 36% des entreprises s’attendent à une augmentation des commandes de l’étranger dans les 12 prochains mois. Seules 13% craignent un recul. Mais il reste toujours des sociétés qui souffrent de la force du franc, surtout les PME, où le niveau des marges est restreint.

Moins d'optimisme dans le Jura bernois

Les PME, justement, sont très nombreuses dans le Jura bernois. Elles dépendent en plus directement du dynamisme de l'horlogerie, lui aussi mis à mal par la crise économique. Face aux annonces de Swissmem, le président de la Chambre d’économie publique du Jura bernois, Richard Vaucher, émet quelques réserves. Il explique que ce type d'annonce peut avoir des répercussions sur les entreprises régionales. « La politique fédérale se base beaucoup sur ces analyses qui font totalement abstraction de ce qui se passe non pas dans l’économie réelle, mais dans NOTRE économie réelle, dans nos régions ».

Et de rappeler que les industries du Jura bernois souffrent, font face au chômage partiel, et ne voient pas d’embellie pour le moment. « Pour nous il est difficile d’apprécier la prise de position de Swissmem, car elle va influencer la politique du Conseil fédéral et du Secrétariat d’Etat à l’économie. Or, cette dernière est déjà favorable aux grandes entreprises plutôt qu’aux petites ». Pour se faire entendre, les entreprises régionales doivent donc s’appuyer sur les institutions qui défendent leurs intérêts, à l’image de la CEP. /jeb+ast

Partager
Link
Météo