Coupable de violence conjugale

Le Palais de justice Zoom sur « Le Palais de justice » (touche ESC pour fermer)
Photo: archives.

18 mois de peine privative de liberté avec deux ans de sursis, pour un homme reconnu coupable de violence conjugale. Le Tribunal de première instance de Porrentruy estimait mercredi matin que le Jurassien avait largement dépassé les bornes. Le juge a retenu la mise en danger de la vie d’autrui, les lésions corporelles simples et les menaces. En avril 2015, l’homme avait giflé sa femme avant de se mettre sur elle et de l’étrangler. Il l’avait ensuite menacé de mort.

Ce n’est pas un prévenu qui fait la loi

Pour justifier ses actes, le coupable a tenter d'expliquer que sa femme le poussait à bout. Il l’avait déjà frappée en 2010, parce qu’elle fumait en cachette. Celle-ci avait abandonné les charges. Ce que n’a pas manqué de relever le juge: «On lui montre qui est le chef. Madame a osé fumer en cachette, madame a osé répondre à une injure». Il estime que même si le coupable a admis les faits, il ne les regrette pas. Pour preuve, ses justifications et l’absence de thérapie pour soigner ses épisodes violents. /rga

Partager
Link
Météo