Premier bilan de l’Inter

Une petite séance attend les conseillers de ville de Porrentruy jeudi. A l’ordre du jour figurent trois crédits pour améliorer la sécurité et les accès à l’école primaire de l’Oiselier, ainsi que plusieurs réponses à des questions écrites. L’une d’elles, posée par le Parti libéral-radical, concerne un premier bilan de l’Inter. Cette salle de spectacle est ouverte depuis 200 jours. Le Conseil municipal estime que ces lieux répondent à une attente. L’Inter est occupé environ une fois par semaine pour différents événements. Dans le détail, de mars à septembre, 16 réservations ont été enregistrées. De septembre à décembre, ce chiffre s'abaisse à 14. Puis pour le prochain semestre, jusqu’en juin, 25 locations sont d’ores et déjà prévues pour 22 spectacles et trois soirées privées. Toutefois les tarifs de location peuvent parfois paraître très onéreux. C’est une des critiques émise par le Football Club Porrentruy qui a organisé le seul loto de l’année dans cette salle. Le maire explique que les coûts sont calculés en fonction de trois critères : la provenance de l’utilisateur, l’aspect commercial de l'événement et les besoins en termes d’infrastructure technique. Pierre-Arnauld Fueg ajoute que toutes les décisions prises pour le moment sur les tarifs, le bail du restaurateur, ainsi que l’accord avec le CCDP seront analysées en juin 2017 et éventuellement rectifiées.

 

Une zone enfin sécurisée

Le secteur de l’Oiselier devrait être bientôt sécurisé. Le Conseil municipal présentera jeudi trois crédits, environ 250'000 francs en tout, afin d’améliorer l’accès à l’école primaire. Il est prévu d’aménager un arrêt de bus, d’implanter un nouvel abri pour vélo et de réaliser un trottoir le long du chemin de l’Oiselier. Cet été, un premier bout de trottoir a été construit à l’ouest de cette rue. Ces aménagements devraient permettre aux écoliers de se rendre en toute sécurité en classe. Toutefois, depuis 10 ans, les petits bruntrutains doivent circuler dans cette zone en côtoyant de très près les voitures. La municipalité a mis beaucoup de temps à trouver des solutions. Gabriel Voirol, le conseiller municipal en charge du dossier, explique que des itinéraires un peu plus longs mais sécurisés étaient prévus, mais que parents et enfants ne les empruntaient pas. De ce fait, les autorités municipales ont pris le temps de réfléchir aux différentes problématiques qui ont émergé dans cette zone afin de proposer une solution globale. /ncp

Partager
Link
Météo