L’horloge jurassienne divise la classe politique de Québec

L’horloge porte-bonheur-e ne porte pas vraiment bien son nom jusqu’ici. La pièce créée par Richard Mille avait été offerte en 2014 par le canton du Jura à la cité canadienne pour son 400e anniversaire. L’horloge a déjà fait l’objet de nombreux frais, en termes de réparations et d’entretien. Les autorités ont dernièrement pris de nouvelles dispositions pour tenter de trouver les raisons aux divers problèmes. Paul Shoiry, le chef de l’opposition à l’hôtel de ville de Québec, les a qualifiées en début de semaine dans la presse québécoise de « gaspillage d’argent public ».

Les explications de Paul Shoiry

De son côté, le maire de Québec, Régis Labeaume, a tourné en dérision dans un journal local la suggestion de Paul Shoiry de déplacer l’horloge dans un espace intérieur, comme le hall de l’amphithéâtre : « Excusez-moi, ils ont pas dit ça ? L’opposition veut déménager l’horloge ? On va leur demander de prendre une couple de comprimés pis d’y repenser ». /emu

La réponse de Paul Christian Nolin, l’attaché de presse du maire Régis Labeaume

Partager
Link
Météo