Du cor des Alpes à l’accent international

Impressionnante réunion de cors des Alpes dans la cour du château. Zoom sur « Impressionnante réunion de cors des Alpes dans la cour du château. » (touche ESC pour fermer)
Impressionnante réunion de cors des Alpes dans la cour du château.

A l’occasion des 10 ans de l’Echo du Vorbourg, 80 sonneurs ont joué ce dimanche dans les rues de la vieille ville de Delémont. Français venus d’Alsace et d’ailleurs, Belges et Suisses se sont côtoyés dans une ambiance conviviale autour de leur instrument favori.

A chaque coin de rue ou place résonnaient des mélodies alpestres ce dimanche, depuis le milieu de la matinée jusque dans l’après-midi. Des sonneurs suisses bien évidemment, mais aussi des français venus d’Alsace ou de Savoie ainsi que des Belges. Ah bon, on joue du corps des Alpes au plat pays ? « Oui c’est paradoxal mais on a quand même quelques petites montagnes de 350 mètres », rit Jean-François des Coralpins Gaumais. Tous se sont retrouvés, malgré la pluie en matinée, dans une ambiance bon enfant aux divers accents francophones.

« La Suisse ? Le fief du cor des Alpes »

« Le Cor des Alpes se jouait dans toute l’Europe », rappelle François venu du sud de l’Alsace. « De l’Autriche jusque dans les Vosges, et à un moment cela s’est perdu. C’est seulement dans les années 1900-1905 que les Suisses ont recommencé à faire des rencontres de cor des Alpes. » Du coup, pour ces étrangers, venir jouer en Suisse, c’est un peu comme un voyage en terre sainte. « Pour nous, cela représente de venir dans le fief du cor des Alpes car c’est quand même votre instrument national », se réjouit Guy, à la tête d’une troupe d’une douzaine de sonneurs alsaciens.

Mais ces joyeux drilles n’ont pas partagé que leur passion commune pour la musique. « On partage aussi d’autres choses, comme un petit verre de schnaps par exemple ! », sourit François. Il fallait bien ça pour faire passer la pluie. /jpi

Sonneurs alsaciens et belges dans les rues de Delémont

Partager
Link
Météo