Abus sexuels: le directeur du foyer de Renan s’exprime

Florian GantenbeinCinq personnes au maximum ont été victimes d’abus sexuels à la Maison Christofferus de Renan. Certaines victimes résident toujours dans l’institution. Le travailleur social accusé de s’en être pris à plus de 120 personnes au cours des trente dernières années a travaillé dans le foyer. La Maison Christofferus accueille vingt personnes qui souffrent d’handicaps plus ou moins sévères.
 
Un homme à deux visages
 
L’homme, un Bernois de 54 ans, avait été engagé en 1995 avant d’être licencié deux ans plus tard. Le directeur du foyer de Renan, Florian Gantenbein, a côtoyé l’abuseur. Il parle d’un homme à deux visages. Sympathique de prime abord, le travailleur social pouvait se montrer bizarre et violent, selon Florian Gantenbein.
 
Le quinquagénaire gérait mal les situations de stress et a été congédié après avoir giflé un pensionnaire. Auparavant, il avait été interdit de s’occuper d’un résident. Le pensionnaire figure parmi les victimes d’abus. La direction de l’époque pensait que le comportement violent de l’employé expliquait les craintes exprimées par ce résident.
 
Pas de prescription à Renan
 
Selon Florian Gantenbein, l’abuseur a choisi des personnes lourdement handicapées afin d’être sûr que celles-ci ne le dénoncent pas. Les enfants du personnel du foyer de Renan n'ont en revanche pas été la cible du quinquagénaire, comme cela s'est produit dans d'autres institutions.
 
Le thérapeute devrait répondre devant la justice des abus commis à Renan, le délai de prescription pour ce genre de cas étant fixé à 25 ans. /fra
Partager
Link
Météo