Avancée dans la lutte contre la malaria

Un pas crucial a été franchi à l’Université de Neuchâtel dans la lutte contre la malaria…

Le laboratoire de physiologie animale a découvert pourquoi les moustiques piquent les hommes. En fait, c’est la sueur humaine, couplée à une protéine du système olfactif des moustiques, qui incite ces insectes à piquer les êtres humains, risquant de leur transmettre la malaria.

Le but des chercheurs est de court-circuiter ce processus pour que les moustiques femelles perdent leur capacité à s’orienter vers les humains. Les premiers résultats de leur recherche viennent d’être publiés.

Le Laboratoire de physiologie animale de l’Université de Neuchâtel travaille en collaboration avec des partenaires industriels afin de mettre au point des produits qui ne permettront plus aux moustiques de percevoir l’être humain. /sma

Partager
Link

Galerie photos liée

08.05.2010
Météo