L'OVJ mal dans ses baskets

C’est l’histoire d’une paire de baskets rouges d’occasion pointure 34 qui se retrouve bien malgré elle sur le bureau du Parlement jurassien sous forme de question écrite…
 
Cette paire de chaussures a été achetée en automne de l’année passée un samedi après-midi sur ricardo.ch avec le nom d’utilisateur de l’Office des véhicules qui vendait encore l’année passée certaines plaques de contrôle avec des numéros particuliers. Un député qui voulait connaitre par curiosité les évaluations attribuées par les acheteurs à l’Office des véhicules a découvert ce qu’il appelle une bêtise astronomique. Il entend désormais connaître les considérations du Gouvernement à ce sujet.
 
Rémy Meury, puisque c’est de ce député qu’il s’agit, ne souhaite pas donner trop d’importance à cette affaire qui prête davantage à rire explique-t-il dans la question écrite qu’il adresse au Gouvernement. Mais tout de même ajoute-t-il, cet achat particulier avec le compte d’utilisateur de l’Office des véhicules s’est produit à un moment où la consultation de sites prohibés faisait grand bruit. 
 
Des questions
 
Sur un ton moqueur, le député du groupe CS-POP-Verts s’interroge sur la probabilité éventuelle que l’OVJ achète des objets à bon marché en vue de les offrir aux futurs acheteurs de plaques afin de tenter de rendre ces ventes plus attractives. Ou alors fait-il remarquer le pseudonyme alors utilisé était associé à un mot de passe insuffisamment sécurisé qui pouvait permettre à n’importe qui d’effecteur une transaction sous ce nom. 
 
Plus sérieusement, Rémy Meury demande au Gouvernement où en est l’élaboration des directives concernant l’utilisation d’Internet dans l’administration, des directives jugées urgentes au printemps 2009. Plus de dix mois plus tard, et sans doute comme Sœur Anne, le député ne voit toujours rien venir. 
 
Coïncidence ou pas, les plaques jurassiennes ne sont plus à vendre sur ricardo.ch, mais sur un autre site de vente aux enchères. /gkl
Partager
Link
Météo