L’amiante freine un chantier à Delémont

Un coup d’arrêt dans le chantier de "La Mandchourie" à Delémont. Selon nos informations, les travaux qui entourent ce projet d’appartements adaptés pour les personnes âgés ont été stoppés par la SUVA la semaine passée. Le test pour diagnostiquer la présence d’amiante n’avait pas été fait. Les ouvriers ont donc été renvoyés chez eux, et une entreprise biennoise a été mandatée pour faire les vérifications qui s’imposaient. Il en ressort qu’il y a bien de l’amiante dans de nombreux bâtiments de "La Mandchourie".

 
Des frais, du retard et une surprise pour les entrepreneurs
 
Avant que le chantier puisse reprendre normalement, il faudra donc enlever la substance toxique. Des travaux qui se monteront à quelques dizaines de milliers de francs et qui retarderont d’environ un mois la réalisation de ces appartements adaptés.
 
Ce délai est jugé mineur par les promoteurs, qui sont satisfaits que l’amiante ait pu être détectée. Pour eux, il est important d’assainir les bâtiments et de penser aux générations futures. Ils déplorent toutefois le manque d’informations qui entoure la problématique de l’amiante: lors de l’attribution du permis de démolition par le canton et la commune, il n’est pas explicitement question d’un diagnostic obligatoire. Cela aurait permis, selon les entrepreneurs, une meilleure planification des travaux.
 
 
Une ordonnance fédérale règle la question
 
L’hygiéniste cantonal rappelle que le diagnostic amiante est une obligation réglée par une ordonnance fédérale sur les constructions. Pour Jean Parrat, les entrepreneurs sont censés connaître leurs devoirs au moment d’entreprendre des travaux.
 
Les cantons ont tout de même un rôle à jouer, selon HSE conseil, une entreprise biennoise spécialisée dans la détection de l’amiante. Son directeur Marc Dutoit rappelle que l’amiante est présente dans quasiment tous les bâtiments construits avant 1991. Selon lui, il est donc essentiel de prendre en main la problématique de l’amiante le plus en amont possible. Plusieurs cantons montrent déjà l’exemple en ne délivrant pas de permis de démolition sans diagnostic préalable. C’est notamment le cas de Vaud et Genève.
 
Selon la section jurassienne des permis de construire, aucun projet de loi en ce sens n’est à l’étude dans le Jura. /cad
Partager
Link
Météo