Une solution trouvée sur le site hospitalier de Porrentruy

hôpitalLes fronts se détendent très sensiblement dans le dossier hospitalier. Une solution a été trouvée entre le Comité d’initiative « pour la sécurité sanitaire » et le Département jurassien de la santé, par rapport aux urgences sur le site de Porrentruy. Pour rappel, le Comité avait constitué un groupe des Sages composé notamment de médecins, afin de négocier avec l’Etat jurassien. Il souhaitait le maintien d’une unité de soins aigus à Porrentruy pour améliorer la sécurité du patient. C’est chose faite, mais sous un autre nom. Le service de médecine interne sera regroupé sur le site de Delémont le 21 septembre, mais une unité de surveillance temporaire et de triage (USTT) verra le jour sur le site bruntrutain.

 
 
Une possibilité de garder des patients
 
 
Il s’agit de pouvoir garder à Porrentruy les patients qui en ont besoin durant un à deux jours, au-delà du service des urgences ouvert 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. « Une manière d’éviter le bal des ambulances dans les tunnels A16 », souligne Jacqueline Henry Bédat, la présidente du Comité d’initiative. Un Comité qui applaudit donc aujourd’hui, mais qui reste prudent. Il ne retirera pas son initiative pour la sécurité sanitaire pour l’instant. Il souhaite s’assurer que le politique tienne ses promesses et que sa deuxième revendication, qui porte sur les urgences pédiatriques, soit entendue.
 
 
Vers un réseau renforcé de pédiatres
 

Le ministre jurassien de la santé, Philippe Receveur, note par rapport à cela, qu’un concept est près à 80%. Ce dernier s'inscrit dans le cadre de la mise sur pied d'une centrale d'appels sanitaires urgents " CASU 144 ". La garde d’urgences devrait être renforcée avec une mise en réseau des pédiatres et des généralistes ajoulots habitués à pratiquer la pédiatrie. A noter qu'un nouveau pédiatre serait en passe de s'installer en Ajoie. Philippe Receveur  salue lui aussi l’avancée du dialogue. /lba

Partager
Link
Météo