Le Jura a beaucoup de zones à bâtir, mais inégalement réparties

L’offre de terrains à bâtir pour l’habitat est suffisante, mais répartie inégalement sur l’ensemble du canton. C’est ce qui ressort d’une étude présentée lundi matin par le Service jurassien de l’aménagement du territoire.

Une étude détaillée

Le SAT a réalisé un inventaire des réserves de terrains. L’étude, intitulée «Eclairage sur les zones à bâtir destinées à l’habitat», montre l’offre de zones à bâtir, mais définit aussi les besoins pour les prochaines années. Sur l’ensemble du territoire cantonal, ce sont près de 400 hectares qui sont en zone à bâtir, ce qui correspond à la superficie de 615 terrains de football.
 
Toutefois, ces parcelles ne sont pas toujours situées là où la demande est la plus forte. Beaucoup de ces surfaces sont dans des secteurs éloignés des centres et mal desservis par les transports publics. Elles ne répondent pas à la demande, même à des prix bas. C'est notamment le cas pour plusieurs communes d'Ajoie.
 
Le SAT propose donc de densifier les secteurs proches des transports publics, réhabiliter l’habitat dans les centres anciens, et relocaliser les zones à bâtir plutôt que de les étendre.

Des mesures à prendre

Pour remédier à cette situation, assurer un développement cohérent à l’avenir et attirer de nouveaux habitants dans le Jura, le Gouvernement jurassien propose plusieurs mesures. Il demande notamment au Parlement de modifier une fiche du plan directeur cantonal qui porte sur le dimensionnement de la zone à bâtir destinée à l’habitat.
 
Les communes concernées par ce problème devraient réfléchir à une manière de mieux planifier et répartir les zones à bâtir. Une réflexion à l’échelle microrégionale est aussi souhaitée par le Gouvernement jurassien.
 
Le Service de l’aménagement du territoire planche actuellement sur une modification des bases légales, pour garantir la disponibilité du sol et donner les terrains pour les zones à bâtir pour une durée limitée, comme ça se fait déjà dans d’autres cantons.
 
L’étude est en lien ici.
 

La consultation court jusqu’à mi-mars. /pch

Partager
Link
Météo