Séance constitutive du Parlement de la jeunesse

C’est le grand jour pour les nouveaux représentants des jeunes Jurassiens. La séance constitutive du Parlement de la jeunesse a lieu jeudi après-midi à 15h à l'Hôtel du Parlement à Delémont. Les députés élus en 2008 vont céder leur place à une nouvelle volée. Tous les fauteuils n'ont pas trouvé preneur, puisque sur 30, 26 ont été attribués tacitement, 3 sont réservés à des jeunes formés hors du canton (qui seront élus ce jeudi), et 1 reste inoccupé.
 
Les nouveaux arrivés n’auront donc pas dû se battre pour occuper un siège de la jeune institution. Plusieurs hypothèses ont été avancées pour expliquer ce manque d’engouement, notamment l’âge requis, soit de 15 ans à 18 ans révolus. Selon la déléguée interjurassienne à la jeunesse, Joanna Eyer, les jeunes qui s’intéressent à la chose publique sont souvent déjà "trop vieux" pour s’engager. Autre raison possible: la priorité qui, pour certains jeunes et certains parents, doit être donnée aux études.
 
Une réflexion est en cours pour adapter la structure de l’institution, afin de la rendre plus attractive. Les jeunes de la législature qui s’achève avaient eux-mêmes conscience du problème, notamment en raison de l’absentéisme constaté durant ces deux premières années. Ils avaient déposé une sollicitation auprès du Gouvernement, et un juriste du canton planche actuellement sur la question. /lbe
 
Le commentaire de Léonie Béguelin:
 
Il faut s’interroger sur le véritable impact du Parlement de la jeunesse, qui souffre, en quelque sorte, d’être un "entre-deux". Car l’institution n’est pas vraiment politique: les jeunes qui y siègent ne représentent pas un parti, mais une filière de formation. Ils ne sont d’ailleurs pas censés défendre une étiquette partisane. On se souvient de la prise de position des députés sortants en faveur de l’interdiction des minarets, qui avait fait grand bruit, et probablement terni l’image de l’assemblée.

Ceci dit, ce parlement n’est pas non plus une simple association de jeunes; son rôle est tout de même de débattre, de proposer des projets, de les soutenir et d’interpeller si nécessaire le Gouvernement et le Parlement jurassiens. Et pour ajouter au sérieux de la chose, il dispose de 25'000 francs par an pour réaliser des projets en faveur de la jeunesse.

Dès lors, un jeune que la chose publique ennuie aura-t-il envie de s’engager? A l’inverse, celui qui se passionne pour la politique des adultes y trouvera-t-il son compte? Pas sûr.

Partager
Link
Météo