Le divorce est consommé entre le Gouvernement jurassien et Henri-Joseph Theubet

Le canton du Jura et le commandant de la police cantonale ont trouvé un accord qui met fin aux rapports de service de ce dernier avec effet au 28 février. Les deux parties sont donc mutuellement libérées de toute obligation contractuelle. Elles indiquent vendredi matin dans un communiqué que la signature de cette convention est la meilleure issue à l’affaire. Henri-Joseph Theubet avait été suspendu de ses fonctions le 31 août 2010. Il fait toujours l’objet d’une instruction menée par le Ministère public.

Quelle indemnité de départ pour le commandant ?

Selon la loi en vigueur, le commandant de la police jurassienne recevra entre six et dix-huit mois de salaire. Impossible de savoir quelle indemnité de départ a été négociée par Henri-Joseph Theubet et le canton, son employeur. L’accord comporte une clause de confidentialité et le ministre Charles Juillard la brandit pour ne pas donner de chiffres.

«Jai eu l’impression de me battre contre des moulins à vent»

Henri-Joseph Theubet dit avoir eu l’impression de ne pas pouvoir se défendre contre ce qui n’était pour lui que des rumeurs. Il s’en va avec un sentiment de gâchis. Le commandant, qui se remet d’ennuis de santé, a pris la décision d’accepter cette convention aussi pour protéger sa famille. Les six derniers mois l’ont largement éprouvée.

Plusieurs mois avant un successeur

Le ministre Charles Juillard se tourne désormais vers l’avenir. Il compte à présent relancer le projet «police 2015», qui doit restructurer le corps de police en tenant compte des conclusions du rapport d’audit. Il va aussi falloir trouver un remplaçant au commandant. Un processus qui pourrait prendre du temps, vu la complexité de la fonction et le profil recherché. Le ministre donne sa préférence à une candidature externe à la police, voire à l’administration. /iqu+msc+comm

Partager
Link
Météo