Projet interjurassien de développement de l’agritourisme

"Marguerite": c’est le nom d’un projet de développement de l’agritourisme dans le Jura et le Jura bernois, présenté vendredi matin aux médias. Des réflexions à ce propos sont menées depuis bientôt quatre ans au sein de la Fondation rurale interjurassienne. L’idée est de concrétiser un concept mis en consultation au printemps 2009.
 
 
Contexte favorable à la diversification
 
Dans un contexte économique difficile pour de nombreux agriculteurs, l’agritourisme est une possibilité intéressante de diversification. Dans le Jura et le Jura bernois, près de 150 agriculteurs ont déjà misé sur cette activité, sous quelque forme que ce soit. La Fondation rurale interjurassienne fait également valoir le potentiel de ces prestations, très à la mode à l’heure où nombre de personnes sont en quête d’authenticité. Selon la responsable du projet, Pauline Gigandet, "il y a vraiment un regain d’intérêt de la part de la clientèle citadine".
 
 
Objectifs multiples
 
Concrètement, le projet "Marguerite" compte quatre objectifs. Le premier (1) est de créer une base de données et de mettre en réseau les prestataires agritouristiques de la région, et de leur permettre de tisser des liens avec tous les acteurs du tourisme. Le deuxième objectif comprend d’une part l’enrichissement de l’offre agritouristique (2a) par des activités, formules, forfaits ou circuits – en associant par exemple les produits du terroir – et d’autre part l’amélioration des infrastructures (2b), si nécessaire. Une meilleure visibilité des sites existants par une signalétique uniforme constitue le troisième objectif (3a), qui s’intéresse également aux relations entre les différents usagers de l’espace rural, et à la prévention d’éventuels conflits (3b). Enfin, le quatrième objectif (4) est d’établir des références économiques relatives aux différentes spécialisations dans l’agritourisme, et développer des outils de gestion.
 
 
Diverses sources de financement
 
Le projet "Marguerite" est financé par plusieurs sources. Un budget de 99'000 francs est prévu pour les objectifs 1, 2b et 4. L’Office fédéral de l’agriculture participe à hauteur de 20'000 francs, dans le cadre d’une étude de faisabilité. Si cette étude se révèle positive, les objectifs seront poursuivis. Les 79'000 francs restants représentent un investissement en main d’œuvre de la part de la Fondation rurale interjurassienne.
Pour les objectifs 2a, 3a et 3b, un soutien de 172'200 francs est accordé au titre de la Loi sur la Politique Régionale par le Secrétariat d’Etat à l’Economie et les cantons de Berne et du Jura. A cela s’ajoute une participation en main d’œuvre de la Fondation rurale interjurassienne pour l’équivalent de 73'800 francs, soit un budget total de 246'000 francs.
 
 
Exemple parlant à Courcelon
 
La conférence de presse de vendredi matin était organisée à Courcelon, dans le gîte rural de Tècle et Martial Lachat. Ce couple s’est lancé voici une quinzaine d’années dans l’agritourisme, et propose aujourd’hui le concept d’Aventure sur la paille et des chambres d’hôtes. Depuis quatre ans, la famille est également active dans la transformation et la vente de produits de la ferme (confitures notamment), et a pris l’initiative de se rendre plus visible via une signalétique, un site internet et des prospectus.
A l’heure actuelle, ce gîte rural enregistre quelque 1'400 nuitées par année, qui représentent environ 40% du revenu de l’exploitation agricole. /lbe
Partager
Link
Météo