Les signaux sont au vert pour l’horlogerie

L’année dernière, les résultats ont pris l’ascenseur. Les attentes pour cette année sont également très favorables. L’occasion de faire le point sur les activités horlogères dans la région.

De nombreux rachats…

Grande tendance dans ce domaine depuis quelques années: l’intégration verticale. Comprenez par là que des grands groupes du luxe, qui sont actifs notamment dans l’horlogerie, rachètent toutes les étapes de la chaîne de production. Ces groupes ont presque tous une manufacture de boîte de montre dans la région. On peut citer l’exemple de Richemont qui a racheté l’entreprise Donzé-Baume SA aux Breuleux l’année dernière.

Des entreprises qui restent indépendantes…

Il reste pourtant toute une série d’entreprises actives dans l’horlogerie qui sont toujours en mains jurassiennes. MRP SA, Simon & Membrez SA, Louis Lang SA à Porrentruy, Orolux SA au Noirmont, ou encore Joseph Erard SA au Noirmont, pour ne citer que les plus grandes. Le délégué à la promotion économique du Canton du Jura voit un avenir plutôt rose pour ces entreprises indépendantes, et ce pour plusieurs raisons. La plupart des grandes marques de montre cherchent à diversifier leur approvisionnement, un plus pour les entreprises de la région. La plupart des entreprises indépendantes ont des projets d’investissement dans la région: augmentation des capacités de production, agrandissement d’usines, ou construction de nouveaux bâtiments. Autre point fort pour les entreprises de la région: le renforcement du Swiss Made. Un critère de valeur basé actuellement sur le mouvement de la montre, mais qui prendra en considération d’ici quelques années toutes les pièces constitutives de la montre, grâce à une nouvelle ordonnance. Et les entreprises de la région s’y préparent déjà. /pc

Partager
Link
Météo